Archives par mot-clé : Rap Genius

Appendice : récupérer (presque) l’intégralité des textes d’un rappeur sur Rapgenius

En complément de notre code sur la récupération des morceaux utilisant une expression donnée dans Rapgenius, nous allons ici voir comment récupérer l’intégralité des morceaux d’un artiste disponible sur le site. C’est un peu plus simple, puisqu’il n’y a pas de travail de transformation des textes. En revanche, certaines problématiques sont un peu différentes et nécessitent une adaptation du code.  Continuer la lecture de Appendice : récupérer (presque) l’intégralité des textes d’un rappeur sur Rapgenius

Tutoriel : récupérer des paroles de rap du site Rapgenius

En préambule, je remercie chaleureusement Sylvain Roquebert et Théo Bourgeron qui m’ont aidé dans l’écriture du code présenté dans ce billet.

Dans un de mes précédents billets, j’étais allé récupérer « à la main » des données sur le site Rapgenius : à partir d’une recherche de l’expression « je fais du rap », j’avais copié-collé tous les résultats. C’était très fastidieux, et je me suis dit qu’il serait bien d’essayer d’automatiser cette tâche. Après plusieurs jours de sueur (c’est-à-dire beaucoup plus de temps que si j’avais fait un relevé à la main…), j’ai réussi à mettre en place un modèle qui me semble applicable pour toute recherche de paroles sur Rapgenius. En l’état, le code que je vais présenter ici permet de récupérer dans un fichier CSV (donc lisible par Excel) les vingt mots précédant et les vingt mots suivant un mot ou une expression clé (20 étant un chiffre arbitraire, on peut choisir combien on veut), dans tous les morceaux de rap recensés sur rapgenius. Continuer la lecture de Tutoriel : récupérer des paroles de rap du site Rapgenius

Exploration d’une recension : ce que « je fais du rap » veut dire

Dans son livre Voix du rap1, Anthony Pecqueux développe longuement l’analyse d’une expression qui lui semble emblématique du rap : « je rappe », ainsi que de son corollaire : « je te rappe ». La première permet d’insister sur le caractère un peu performatif et autoréférencé du rap : faire du rap en disant que je rappe. La second est une manière pour le sociologue de montrer qu’il n’y a jamais de rap sans adresse : on rapperait toujours pour quelqu’un. Le rap ne serait pas un soliloque mais une forme dialogique et dire « je rap » aurait, en creux, la même signification que « je te parle »2. Continuer la lecture de Exploration d’une recension : ce que « je fais du rap » veut dire

  1. Anthony Pecqueux, Voix du rap, 2007, p71 []
  2. Anthony Pecqueux analyse également l’évolution entre « je rappe » et « j’rappe » avec élision du e. Il montre qu’il s’agit d’une transformation du flow des rappeurs : au début des années 90, la performance technique supposait de dire toutes les syllabes (jusqu’à une forme d’épreuve de prouesse : dire le maximum de syllabes en un minimum de temps), auquel se substitue un flow tourné vers une prononciation plus proche du langage courant, voire contenant plus d’élision que dans celui-ci. On pourrait vérifier cette hypothèse en comparant les dates des morceaux utilisant « je fais du rap » avec celles utilisant « j’fais du rap ». []

L’histoire-chevrotine : Ras Kass, « Nature of the Threat » (1996)

Dans « Nature of the Threat », Ras Kass mentionne la Vénus de Willendorf, le passe de Khyber, les Minoens, la révolte de Spartacus, le concile de Nicée, Michel Ange, la date exacte de la chute de Grenade et le cardinal Cisneros, il explique que les Européens sont les descendants d’albinos chassés par les populations noires habitant l’Afrique il y a 20 000 ans, que la civilisation grecque est fondée sur l’homosexualité et la pédophilie, que la prise de Carthage par Rome en 146 av. J.-C. est à l’origine du premier génocide de l’histoire, que l’empereur Constantin est l’initiateur de la Manifest Destiny, que les musulmans ont conquis la France au VIIIe siècle et l’ont contrôlé pendant 700 ans, que Thanksgiving célèbre la persécution des populations maures d’Espagne, que le sida a été conçu pour empêcher le remplacement démographique des populations blanches par les populations noires et il rapproche les pensées d’Arthur Schopenhauer et d’Ishakamusa Barashango. Tout cela dans un morceau de bravoure de près de huit minutes, sans refrain, avec juste un beat et d’étranges bruits de fond, notamment le ressassement lugubre d’une cloche. Le morceau constitue un véritable trou noir qui avale l’histoire canonique de l’humanité pour la recracher sous sa forme nue : le récit de la lente construction du suprématisme blanc. Continuer la lecture de L’histoire-chevrotine : Ras Kass, « Nature of the Threat » (1996)