Itinéraire d’un bourgeois aimant le rap

Jusqu’à mes vingt ans, je détestais le rap. En fait, je n’en avais jamais écouté. Mes seuls souvenirs de rap sont de vagues bruits de « Gravé dans la roche » entendu dans la cour du collège. A l’époque, je pensais que c’était une sous-musique. Un truc de pauvres, en somme. Il ne fallait donc pas s’y identifier. Les paroles étaient ce que j’aimais le plus dans les morceaux que j’écoutais alors – je vouais une admiration sans borne pour Renaud et Brassens –, et celles du rap me semblaient vulgaires (alors que Brassens, c’était de la « poésie »). Beaucoup de mes camarades étaient fans d’Eminem, et je me souviens que je leur répondais – c’est ce que j’avais entendu – que traiter les filles de putes ou de salopes ça n’était pas bien.

Maintenant, le rap est quasiment la seule musique que j’écoute.  Continuer la lecture de Itinéraire d’un bourgeois aimant le rap

Mesures du rap