Tous les articles par Clément Weiss

Entretien avec Karim Hammou, 4/4 : la légitimation du rap en question

Quatrième et dernière partie de l’entretien au long cours que nous avons réalisé avec Karim Hammou. Après un retour sur son parcours, la genèse de son livre  et de sa thèse, après une analyse de la place des « experts » dans le champ médiatique, suivi de réflexions sur la manière d’analyser le rap, on en vient aux questions concernant l’évolution de la perception du rap, avec des possibles phénomènes de légitimation.

Continuer la lecture de Entretien avec Karim Hammou, 4/4 : la légitimation du rap en question

Entretien avec Karim Hammou, 2/4 : Amateur, sociologue ou expert : comment se situer dans le champ médiatique ?

Après une première partie consacrée à l’écriture scientifique sur le rap, la seconde partie de notre entretien avec Karim Hammou porte sur sa situation par rapport à cette musique, notamment sur l’articulation entre la position d’amateur et celle de chercheur ainsi que sur le rôle d’« expert en rap » que les médias ont tendance à lui assigner. Continuer la lecture de Entretien avec Karim Hammou, 2/4 : Amateur, sociologue ou expert : comment se situer dans le champ médiatique ?

Du rap au metal… au refus des catégories ?

Article écrit par Pierre-Emmanuel B.

Je viens de banlieue parisienne, du 93 et des environs de Saint-Denis plus précisément, et j’ai grandi dans un environnement type classe moyenne très classique, avec un père fonctionnaire et une mère dans le social. J’ai donc grandi dans une société qui a fait du rap l’un de ses principaux référents identitaires. C’est donc très naturellement que j’en ai écouté moi aussi. J’ai dû commencer en CM1-CM2, en écoutant de la musique avec ma grande sœur qui mettait la radio dans sa chambre. Je ne m’en rendais pas complètement compte, mais écouter du rap c’était en réalité un excellent facteur d’intégration, à tous points de vue. Et j’avais besoin de m’intégrer : j’avais déménagé dans ce quartier peu de temps avant, j’étais un peu timide, j’étais bon élève et j’étais blanc. Autant de facteurs qui pouvaient potentiellement m’ostraciser. Mais finalement, si je me suis mis à écouter du rap, c’était simplement pour faire comme les autres et pas vraiment pour éviter d’être rejeté. Je me suis pris au jeu au point de finir une année scolaire réuni avec une dizaine d’autres garçons autour d’une radio en train de chanter les paroles de « J’pète les plombs » de Disiz la Peste… avec notre maîtresse à côté, et je me demande parfois comment elle pouvait permettre à des enfants de 10 ans de gueuler « SUCE MON ZOB » dans une salle de classe. Continuer la lecture de Du rap au metal… au refus des catégories ?

L’histoire-chevrotine : Ras Kass, « Nature of the Threat » (1996)

Dans « Nature of the Threat », Ras Kass mentionne la Vénus de Willendorf, le passe de Khyber, les Minoens, la révolte de Spartacus, le concile de Nicée, Michel Ange, la date exacte de la chute de Grenade et le cardinal Cisneros, il explique que les Européens sont les descendants d’albinos chassés par les populations noires habitant l’Afrique il y a 20 000 ans, que la civilisation grecque est fondée sur l’homosexualité et la pédophilie, que la prise de Carthage par Rome en 146 av. J.-C. est à l’origine du premier génocide de l’histoire, que l’empereur Constantin est l’initiateur de la Manifest Destiny, que les musulmans ont conquis la France au VIIIe siècle et l’ont contrôlé pendant 700 ans, que Thanksgiving célèbre la persécution des populations maures d’Espagne, que le sida a été conçu pour empêcher le remplacement démographique des populations blanches par les populations noires et il rapproche les pensées d’Arthur Schopenhauer et d’Ishakamusa Barashango. Tout cela dans un morceau de bravoure de près de huit minutes, sans refrain, avec juste un beat et d’étranges bruits de fond, notamment le ressassement lugubre d’une cloche. Le morceau constitue un véritable trou noir qui avale l’histoire canonique de l’humanité pour la recracher sous sa forme nue : le récit de la lente construction du suprématisme blanc. Continuer la lecture de L’histoire-chevrotine : Ras Kass, « Nature of the Threat » (1996)

Histoire des choses banales : « Nature of the Threat » sur Wikipédia

Cet article est une ébauche d’histoire des modifications subies par la page Wikipédia consacrée au morceau « Nature of the Threat » de Ras Kass et il constitue à ce titre une annexe de l’analyse plus longue qui lui est consacrée ici. Certaines pages Wikipédia peuvent être le lieu de controverses extrêmement vives1  et le site prévoit une procédure spéciale en cas de « controverse de neutralité ». Il ne s’agit pas de comparer la page consacrée à un morceau de rap relativement confidentiel2 à des sujets d’actualité beaucoup plus sensibles, mais plutôt d’interroger la pertinence du caractère controversé sans cesse prêté à « Nature of the Threat », y compris dans sa description sur Wikipédia. Continuer la lecture de Histoire des choses banales : « Nature of the Threat » sur Wikipédia

  1. Pour une étude sur les pages les plus controversées selon les pays, voir TAHA Yasseri, SPOERRI Anselm, GRAHAM Mark & KERTÉSZ János « The most controversial topics in Wikipedia: A multilingual and geographical analysis » in FICHMAN Pnina & HARA (éd.), Global Wikipedia: International and cross-cultural issues in online collaboration, Scarecrow Press, 2014. Article disponible en ligne. []
  2. Comme l’atteste le fait que seul le Wikipédia anglophone lui consacre une page. []

Nycthémère ?

Le nychtémère désigne l’unité de temps au cours de laquelle se succède une nuit et un jour. Au-delà du jeu de mot dont chacun appréciera la qualité, nous avons choisi ce terme pour ce qu’il nous évoque : une unité permettant de mesurer un oxymore. L’oxymore qui nous préoccupait, nous avons commencé par le subsumer sous le concept du « thug normalien » pour désigner ces individus qui, le jour, sont fiers d’appartenir à l’élite du système scolaire de la République et, la nuit venue, répètent « Brûle, Brûle, Babylone brûle ». Bien entendu, le « thug normalien » n’existe pas sous une forme si caricaturale, mais l’invoquer comme hypothèse de travail nous a permis de préciser pourquoi notre rapport au rap nous posait question. Le thug normalien serait celui qui cumule trois profits symboliques : 1° celui de l’excentricité, puisqu’il se sépare de son milieu plutôt porté sur les musiques légitimes ; 2° celui de défenseur des classes populaires, aimer le rap devenant alors une forme d’acte militant d’affiliation ; 3° celui de l’intellectuel, puisqu’il ne fait pas qu’écouter passivement, il intellectualise.

L’idée de ce carnet est donc née d’une interrogation sur une certaine forme de légitimation du rap actuellement à l’œuvre auprès d’un public ou d’institutions qui l’ont longtemps boudé. Elle naît d’observations empiriques que nous avons pu faire lors de notre scolarité à l’ENS de Lyon (écouter du rap et s’en vanter est largement légitimé, voire valorisé, sans que celui-ci cesse toujours d’être perçu comme un exotisme ou un vecteur d’encanaillement) et de constats factuels (citons par exemple le séminaire « Le bitume avec une plume » organisé à Ulm). La question de départ est donc la suivante : qu’est-ce qui explique, aujourd’hui, ce nouveau regard porté sur le rap ?

Ce carnet cherche plus largement à mesurer la contemporanéité du rap et notre position de contemporains. Il s’agit d’étudier les discours produits par le rap en combinant histoire des représentations et des productions culturelles et sociologie des acteurs et du public. Mais il s’agit aussi d’interroger la position du chercheur désireux « d’écrire sur le rap » : comment se déprendre de son objet et produire un discours scientifique ? Croiser approche sociologique et approche historique vise ainsi à analyser le rap comme un vecteur de mise en demeure du présent dans lequel il s’inscrit afin de comprendre sa capacité à « marquer l’époque » (pour reprendre l’expression du 3ème Œil), y compris aux yeux de ceux qui le critiquent ou le rejettent.

Nous voulons profiter de la plasticité du carnet et de la place qu’il peut laisser à l’introspection scientifique afin d’étudier le point de vue du chercheur désireux d’« écrire sur le rap » car il se sent intimement lié à un mouvement dont il est le contemporain. Cette contemporanéité suscite une tension à interroger puisque notre « goût » s’inscrit dans une histoire personnelle. Il ne s’agit pas de retracer cette histoire d’un point de vue téléologique puisque rien, dans notre milieu social ou nos études, ne semblait nous destiner à « aimer » le rap. Il s’agit plutôt d’en faire le point de départ d’un questionnement sur le positionnement du chercheur confronté à la contemporanéité intime de son objet. Suivant Giorgio Agamben, nous pensons que le contemporain est justement celui qui n’adhère pas totalement à son époque, mais est capable de faire un pas de côté pour la considérer dans toute son épaisseur, sa complexité et ses contradictions. Définir et mettre en application cette méthode du pas de côté est un de nos objectifs : nous avons donc décidé, pour inaugurer ce carnet, de recourir à l’ego-histoire, la forme universitaire et policée de l’egotrip. Ces essais sont à retrouver ici et .

Crédit photographique : composition sur un bureau.

Comment je suis devenu le contemporain d’Eminem

« Ceux qui coïncident trop pleinement avec l’époque, qui conviennent parfaitement avec elle sur tous les points, ne sont pas des contemporains parce que, pour ces raisons mêmes, ils n’arrivent pas à la voir1. »

Génération Y pour Yaourt

2000, j’ai 10 ans et le rap m’apparaît comme la chose qu’il me faut absolument, entre le dernier jeu Nintendo et les nouvelles céréales à la mode, dans une publicité vantant l’album d’Eminem The Marshall Mathers LP. Du moins c’est l’idée que je me plais à retenir. Continuer la lecture de Comment je suis devenu le contemporain d’Eminem

  1. Giorgio Agamben, Qu’est-ce que le contemporain ?, Paris, Rivages poche, 2008, p. 11. []

L’horloge de l’Apocalypse au cou de Flavor Flav est-elle à l’heure ?

À l’Horloge de la fin du monde, le 14 avril 1988, il est 23h54, soit 6 minutes avant l’apocalypse nucléaire. Alors que la politique d’intimidation menée par Ronald Reagan avait fait avancer d’une minute l’échéance en 1984, la signature en décembre 1987 par le président américain et le secrétaire du Parti communiste soviétique Mikhaïl Gorbatchev des accords INF, qui prévoient l’élimination des missiles nucléaires de portée intermédiaire, fait reculer de 3 minutes le compte-à-rebours pour l’année 1988.

En ce 14 avril 1988, l’apocalypse semble donc retardée, même si les accords n’ont pas encore été officiellement ratifiés par le Congrès. Une autre menace se profile pourtant contre l’Amérique reaganienne : Public Enemy sort son second album, It Takes a Nation of Millions to Hold Us Back. Continuer la lecture de L’horloge de l’Apocalypse au cou de Flavor Flav est-elle à l’heure ?