Tous les articles par Corentin Roquebert

Aimer (ou ne pas aimer) le rap français sur Youtube

Après avoir fait mon M2 sur les dégoûts culturels (et principalement musicaux), avec un traitement essentiellement quantitatif (à partir de l’enquête Pratiques culturelles des français de 2008), je me suis dit qu’il serait intéressant d’essayer de voir dans le rap, qui était, avec le métal, le genre musical le plus souvent désigné comme n’étant pas aimé, ce qui est plus ou moins objet de dégoût. Il ne s’agit donc pas ici de s’intéresser au rap par rapport à d’autres styles musicaux, mais d’essayer de voir si certains types de rap sont évalués de différentes manières.

Une autre de mes envies était d’essayer de me servir des données que l’on peut trouver sur internet (comme je l’ai fait précédemment avec Rap Genius) : j’ai donc décidé de me servir de Youtube pour répondre à cette question. En effet, Youtube permet à ses utilisateurs de « liker » ou de « disliker » ses vidéos. Continuer la lecture de Aimer (ou ne pas aimer) le rap français sur Youtube

Appendice : récupérer (presque) l’intégralité des textes d’un rappeur sur Rapgenius

En complément de notre code sur la récupération des morceaux utilisant une expression donnée dans Rapgenius, nous allons ici voir comment récupérer l’intégralité des morceaux d’un artiste disponible sur le site. C’est un peu plus simple, puisqu’il n’y a pas de travail de transformation des textes. En revanche, certaines problématiques sont un peu différentes et nécessitent une adaptation du code.  Continuer la lecture de Appendice : récupérer (presque) l’intégralité des textes d’un rappeur sur Rapgenius

Tutoriel : récupérer des paroles de rap du site Rapgenius

En préambule, je remercie chaleureusement Sylvain Roquebert et Théo Bourgeron qui m’ont aidé dans l’écriture du code présenté dans ce billet.

Dans un de mes précédents billets, j’étais allé récupérer « à la main » des données sur le site Rapgenius : à partir d’une recherche de l’expression « je fais du rap », j’avais copié-collé tous les résultats. C’était très fastidieux, et je me suis dit qu’il serait bien d’essayer d’automatiser cette tâche. Après plusieurs jours de sueur (c’est-à-dire beaucoup plus de temps que si j’avais fait un relevé à la main…), j’ai réussi à mettre en place un modèle qui me semble applicable pour toute recherche de paroles sur Rapgenius. En l’état, le code que je vais présenter ici permet de récupérer dans un fichier CSV (donc lisible par Excel) les vingt mots précédant et les vingt mots suivant un mot ou une expression clé (20 étant un chiffre arbitraire, on peut choisir combien on veut), dans tous les morceaux de rap recensés sur rapgenius. Continuer la lecture de Tutoriel : récupérer des paroles de rap du site Rapgenius

Exploration d’une recension : ce que « je fais du rap » veut dire

Dans son livre Voix du rap1, Anthony Pecqueux développe longuement l’analyse d’une expression qui lui semble emblématique du rap : « je rappe », ainsi que de son corollaire : « je te rappe ». La première permet d’insister sur le caractère un peu performatif et autoréférencé du rap : faire du rap en disant que je rappe. La second est une manière pour le sociologue de montrer qu’il n’y a jamais de rap sans adresse : on rapperait toujours pour quelqu’un. Le rap ne serait pas un soliloque mais une forme dialogique et dire « je rap » aurait, en creux, la même signification que « je te parle »2. Continuer la lecture de Exploration d’une recension : ce que « je fais du rap » veut dire

  1. Anthony Pecqueux, Voix du rap, 2007, p71 []
  2. Anthony Pecqueux analyse également l’évolution entre « je rappe » et « j’rappe » avec élision du e. Il montre qu’il s’agit d’une transformation du flow des rappeurs : au début des années 90, la performance technique supposait de dire toutes les syllabes (jusqu’à une forme d’épreuve de prouesse : dire le maximum de syllabes en un minimum de temps), auquel se substitue un flow tourné vers une prononciation plus proche du langage courant, voire contenant plus d’élision que dans celui-ci. On pourrait vérifier cette hypothèse en comparant les dates des morceaux utilisant « je fais du rap » avec celles utilisant « j’fais du rap ». []

Entretien avec Karim Hammou, 1/4 : Comment on écrit l’histoire… du rap

Le 5 mai 2015, Nycthémère a rencontré Karim Hammou, sociologue Hammou histoire couvertureau CNRS qui a publié aux éditions La Découverte l’ouvrage Une histoire du rap en France en 2012, issu de son travail de thèse. L’ouvrage est disponible en version numérique sur le carnet hypothèse de Karim Hammou, Sur un son rap, notes sur le genre rap et ses usages. L’entretien fut long et très riche. En voici la première partie, consacré au parcours du chercheur, à la place du rap dans le champ académique et aux rapports entre la thèse et le livre. Continuer la lecture de Entretien avec Karim Hammou, 1/4 : Comment on écrit l’histoire… du rap

Du 93 au 16ème : ma carrière vers le rap

Article écrit par Théo B.

Les articles de Corentin et Clément mettent en évidence la nature personnelle d’un parcours vers le rap : ayant moi-même eu une expérience similaire d’introduction au rap plus ou moins incompréhensible, c’est une réflexion qui m’intéresse. Le billet de Corentin me donne d’autant plus envie d’y répondre par ma propre introspection que j’y suis cité en tant que cothurne du narrateur et “petit-bourgeois” (la suite de ce billet examinera la vérité de cette assertion bourdieusienne et mortifiante) se livrant à l’écoute de Sinik, Sniper et NTM. Il me semble que mon exercice d’auto-analyse adjoindra un double paradoxal à ce billet. Avant tout, je pose les choses comme elles sont avec quelques éléments de situation : au début de sa carrière d’amateur de rap, Corentin expérimente le rap avec un colocataire (moi) ; ce colocataire fait alors lui aussi le début de sa carrière vers le rap ; mais en-dehors de cet instant où les deux trajectoires se superposent, l’itinéraire des deux colocataires par rapport au rap (Corentin et moi), tant dans le passé que dans les années à suivre, est divergent. Continuer la lecture de Du 93 au 16ème : ma carrière vers le rap

Médine et la grammaire du « double discours »

Ce billet a été écrit en collaboration avec Estelle Mouton-Rovira, doctorante en lettres modernes à l’université Paris VII.

 

Au moment de définir les approches que nous allions utiliser pour analyser le rap dans ce carnet, son étude comme « discours » nous est apparu particulièrement intéressante. En effet, le discours est à la fois ce que dit le rap (les lyrics) et ce qui en est dit (les commentaires), ce qui permet de combiner analyse de la production et de la réception de la musique. Par ailleurs, la notion de discours a vocation à insister sur le fait qu’il faut essayer de mener simultanément une étude du contexte d’énonciation, des caractéristiques du locuteur (et éventuellement des destinataires) et des caractéristiques sémantiques et littéraires des contenus1. En somme, il s’agit de n’oublier ni les aspects sociaux et historiques, ni les aspects langagiers et littéraires d’un morceau, même si cela peut ressembler à un vœu pieu. En effet, la division sociale des études universitaires ne permet pas, dans une formation classique de sociologie, de savoir utiliser les outils techniques d’analyse du discours. Pour remédier à cela, nous écrivons ce billet « à quatre mains », afin de croiser les approches, sociologique (Corentin) et littéraire (Estelle). Continuer la lecture de Médine et la grammaire du « double discours »

  1. Voir, par exemple, LAHIRE Bernard, « De l’indissociabilité du langagier et du social », Sociolinguistic Studies, 2009. []

Pour une introspection participative

Un des objectifs de notre carnet est de réfléchir aux différentes réceptions et réappropriations du rap. Il nous semble en effet que le rap est une musique très diverse, que chacun peut écouter à sa manière. Or, il paraît raisonnable de penser qu’il ne s’agit pas là d’une simple question de « goûts et de couleurs » dont il ne faudrait pas discuter, mais de phénomènes sociaux dont on peut chercher les tenants et aboutissants. C’est pour cela que nous avons essayé d’objectiver notre rapport au rap, ici pour Clément, et pour moi.

Pour étendre notre recherche, nous envisageons de réaliser des entretiens, dont l’objectif serait d’essayer de comprendre qui, parmi les amateurs de rap (encore qu’il n’est pas exclu d’interroger aussi des contempteurs du genre), aime quel(s) type(s) de rap, et d’après quelle histoire sociale (trajectoire, socialisation etc.). En attendant celle-ci, une autre solution nous apparaît : ouvrir la rubrique « ego-histoire » à qui voudrait nous confier par écrit son propre rapport au rap.

Le format de ce texte est libre, que ce soit en termes de longueur ou de style et vous pouvez décider de le signer ou de le laisser anonyme. Il n’est pas obligatoire d’aimer le rap pour témoigner, au contraire.

Les questions auxquels devra répondre ce texte sont :

  • Comment en êtes-vous venu à aimer (ou à ne pas aimer) le rap ? Des personnes particulières ont-elles comptées ? Des lieux de sociabilité ?
  • Quelle place donnez-vous au rap dans votre univers musical ? Que représente-t-il pour vous ?
  • Quel type de rap aimez-vous ? Pourquoi ?

Si vous voulez vous joindre à nous, il vous suffit donc de nous envoyer un mail à cette adresse :

nycthemere.hypotheses [at] gmail.com.

Vous pouvez également nous contacter via facebook, ici.

En espérant vous lire nombreux !

Crédit photographique : détail de la pochette de l’album de Slick Rick, The Art of Storytelling (Def Jam, 1999).

Itinéraire d’un bourgeois aimant le rap

Jusqu’à mes vingt ans, je détestais le rap. En fait, je n’en avais jamais écouté. Mes seuls souvenirs de rap sont de vagues bruits de « Gravé dans la roche » entendu dans la cour du collège. A l’époque, je pensais que c’était une sous-musique. Un truc de pauvres, en somme. Il ne fallait donc pas s’y identifier. Les paroles étaient ce que j’aimais le plus dans les morceaux que j’écoutais alors – je vouais une admiration sans borne pour Renaud et Brassens –, et celles du rap me semblaient vulgaires (alors que Brassens, c’était de la « poésie »). Beaucoup de mes camarades étaient fans d’Eminem, et je me souviens que je leur répondais – c’est ce que j’avais entendu – que traiter les filles de putes ou de salopes ça n’était pas bien.

Maintenant, le rap est quasiment la seule musique que j’écoute.  Continuer la lecture de Itinéraire d’un bourgeois aimant le rap