Exploration d’une recension : ce que « je fais du rap » veut dire

Dans son livre Voix du rap1, Anthony Pecqueux développe longuement l’analyse d’une expression qui lui semble emblématique du rap : « je rappe », ainsi que de son corollaire : « je te rappe ». La première permet d’insister sur le caractère un peu performatif et autoréférencé du rap : faire du rap en disant que je rappe. La second est une manière pour le sociologue de montrer qu’il n’y a jamais de rap sans adresse : on rapperait toujours pour quelqu’un. Le rap ne serait pas un soliloque mais une forme dialogique et dire « je rap » aurait, en creux, la même signification que « je te parle »2.

En lisant cela, j’ai pensé à une autre expression – assez proche – qui me semblait importante dans cette pratique : « je fais du rap ». Celle-ci permet d’envisager plusieurs choses. Comme dans le cas du « je rappe », elle indique une forme d’autoréférencement du rap. Ainsi, elle donne accès à un discours sur la pratique, de la part des acteurs eux-mêmes, et informe sur les représentations que ces derniers ont de celle-ci. L’expression peut être complétée, par un adjectif (je fais du rap machin), par un complément du nom (je fais du rap de truc), par une proposition subordonnée (je fais du rap qui), voire par un complément circonstanciel (je fais du rap avec, pour, etc.). Les compléments peuvent former une catégorie : « je fais du rap authentique », « je fais du rap commercial » etc. A cet égard, on peut ainsi déterminer un début de liste des différentes manières dont les rappeurs qualifient le rap, ce qui peut nous aider afin d’envisager d’analyser un espace social du rap. En effet, en disant qu’ils font un certain type de rap, les rappeurs se situent eux-mêmes par rapport à d’autres types de rap. Cela est plus prégnant encore lorsque l’on analyse les usages de l’expression « je fais pas du rap ». A l’inverse, dire « je fais du rap » semble plutôt être le signe d’une vision du rap comme quelque chose d’unifié : les rappeurs insistent alors sur leur activité, qui est une pratique qui s’appelle « le » rap.  Enfin, l’expression peut être complétée par d’autres voies que l’utilisation d’une catégorie (rap de rue, rap conscient etc.) : « je fais du rap pour », où l’on retrouve l’idée du « je te rappe », ou « je fais du rap de telle manière », où les rappeurs vont alors spécifier leur rap par un autre biais que l’usage d’une catégorie.

En partant de ces idées, j’ai décidé de faire une recension des morceaux qui utilisent ces expressions. La base de données utilisée est celle du site Rapgenius, qui est l’outil le plus complet et le plus facile à utiliser que je connaisse dans ce domaine. J’ai tapé dans la barre de recherche « je fais du rap », et j’ai fait un relevé, que l’on trouvera dans un billet annexe, de toutes les fois où l’expression exacte sortait. Puis, j’ai fait de même avec « j’fais du rap », « je fais pas du rap » et « j’fais pas du rap ». En tout, j’ai relevé 240 occurrences de ces expressions3.

On peut envisager différentes manières d’explorer cette recension (en supposant qu’il s’agisse vraiment d’une recension complète) et ce que j’en fais ici est donc partiel. C’est pourquoi je mets en annexe cette recension (qui existe aussi en format Excel), si jamais quelqu’un voulait s’en servir.

La première exploitation de cette base est de lister les expressions utilisées par les rappeurs pour qualifier le rap, en fonction de s’ils disent qu’ils font – ou non – ce rap. On analyse ainsi 85 morceaux, pour 104 expressions (puisqu’un certain nombre de textes disent « faire X mais pas Y » ou l’inverse), 68 relevant d’une évaluation positive (je fais tel rap) et 36 d’une évaluation négative (je ne fais pas tel rap). La première chose à noter est que 83% des expressions positives (57/69) sont des hapax, c’est-à-dire qu’elles n’apparaissent qu’une seule fois dans le corpus, à l’inverse ce n’est le cas que de 42% des expressions négatives (15/36). Ainsi, l’usage des catégories communes se définit plutôt par la négative, alors que lorsqu’il s’agit de s’affilier à un type de rap, l’artiste semble chercher à créer sa propre catégorie, qui peut à l’extrême devenir le nom du rappeur, comme lorsque Disiz dit « je fais pas du rap, je fais du Disiz ».

8 expressions reviennent alors plus d’une fois dans le corpus, comme on le voit dans le tableau ci-dessous :

Je fais du… Je fais pas du…
Rap conscient 1 9
Rap hardcore 2 1
Rap de rue 0 3
Rap engagé 2 0
Rap commercial 0 2
Rap français / de français 2 6
Rap durable 2 0
Rap adulte 3 0
Total 12 21

Il n’y a clairement pas d’unanimité autour d’un type de rap qui serait valorisé, puisqu’aucune catégorie ne dépasse les trois occurrences (et encore, l’expression « rap adulte » est problématique, car elle ne signifie pas la même chose à chaque fois dans notre corpus).

En revanche, on voit que certaines catégories qui peuvent apparaître comme étant structurantes du rap pour le sens social de l’amateur apparaissent beaucoup plus souvent sous une forme négative : c’est particulièrement le cas de deux expressions : « rap conscient » et « rap français ». Elles semblent plutôt fonctionner, du moins pour un certain nombre d’acteurs du rap, comme des catégories repoussoirs, dont il s’agirait de se démarquer. Cependant, cette analyse reste exploratoire : on pourrait imaginer que le « rap conscient » émerge de façon plus positive dans d’autres types de structures de phrase que celle du « je fais du ». Il faudrait donc recenser les usages de l’expression « rap conscient », afin d’essayer d’en mieux cerner les enjeux, ce qui fera l’objet d’un prochain billet. De façon moins nette, et qui nécessiterait d’autant plus une analyse plus poussée, les expressions « rap de rue » ou « rap commercial » semblent chercher à dévaloriser un certain type de rap. Pour étudier cela, on peut également regarder le reste de notre corpus.

Ainsi, afin d’analyser les expressions uniques, je les ai triées en fonction des thèmes abordés, en fonction du champ lexical des termes associés au rap (avec un classement peut-être approximatif) :

Je fais du rap… Je fais pas du rap…
Variante commercial 2 3
business, de luxe de grande surface, capitaliste
Variante pauvre 5 1
sans sous, des intérimaires, d’en bas, populaire de Cosette
Variante conscient 4 0
inconscient, subconscient, contestataire
Variantes rue 2 3
rap voyou, de tess des villes,  thug, gangsta
Variantes égotrip 4 2
égotrip, game, moi, hors-piste game, Individualiste
Variante qualité/originalité 7 0
Sélectif, de qualité, pas commun, martien, extra-terrestre, mutant, hérétique
Variante sale 6 1
sale, salace, gore, obscène, choquant, bad dirty
Variante dur 7 0
dur, athlétique, contact, d’attaque, d’énervé, des ronces, karaté, cours de promenade
Variante mou 1 3
Amour lâche, kleenex, cour de collège
Variante groupe social 5 2
blanc, geek, golemon, fils d’immigrés, hétéro Bobo, harki
Variante authentique 3 0
réaliste, satirique, indépendant
Inclassable 11 0
fluide, fin de course, blanche colombe, des champs, sauce épice, aquatique, acrobatique, bizarre, contradictoire, fêlé, métaphorique

 

Avec ces expressions se dessinent quelques structures d’oppositions, ainsi que des valeurs qui semblent plus unanimement défendues ou rejetées (ou plutôt : souvent rejetées mais jamais célébrées, ou vice versa). Par exemple, le « commercial », l’évocation de « la rue » ou d’une forme « égotrip » ont à la fois leurs défenseurs et leurs contempteurs, tandis que l’originalité de son rap, son caractère « sale » ou le fait de faire du rap pour les « pauvres » sont souvent mis en avant et très rarement contestés.

Les variantes autour du terme « conscient » confirme notre hypothèse sur la dévalorisation de la catégorie de « rap conscient »4, puisqu’il s’agit alors de dire qu’on fait du rap « inconscient » ou « subconscient », ce qui est un détournement de l’expression originale, qui a – on imagine – pour fonction de s’en démarquer.

Par ailleurs, l’évocation d’un groupe social fonctionne dans les deux sens : soit pour s’identifier de façon positive (« je fais du rap de fils d’immigrés », « de geek » etc.), soit, au contraire, pour montrer sa défiance à l’égard de ce groupe social (les « harkis », les « bobos »). L’expression reste cependant ambiguë, surtout dans sa forme positive : le « de X »  désigne-t-il le producteur ou l’auditeur ? (je fais du rap pour ou contre X, ou je fais du rap en tant que X ?) On peut penser qu’il s’agit un peu des deux.

Enfin, il semble y avoir une correspondance entre une valorisation d’un certain type de rap qu’on a appelé « dur » et une dévalorisation de ce qui relève plus d’un registre « mou », comme dans cette phrase de Seth Gueko : « j’fais du rap de cours de promenade, pas de cours de collège ». On recense ainsi beaucoup d’expressions qui évoquent une forme de virilité ou de dureté (rap karaté, rap athlétique, rap des ronces etc.), contre une forme de mollesse (rap kleenex, rap lâche). Il s’agit alors d’une opposition entre un pôle masculin valorisé et un pôle féminin dévalorisé, comme dans cette phase de Niro (« #Bawémonami ») : « Le rap game, j’lui ai baisé sa mère, j’fais du rap d’hétéro, tous ces zehmel veulent se pousser la merde ».

Dans le reste de notre corpus, on peut également observer des oppositions, même lorsque le rap qui est fait n’est pas spécifié. Ainsi, on a beaucoup d’occurrences du type : « je fais du rap pas X ». Par exemple,  dans le morceau « Fugitif » d’IAM : « Seulement voilà, je fais du rap et non de la variété ». On peut alors regarder à quoi est opposé le rap, lorsque l’on a ce type de structure. Dans le corpus, vingt morceaux correspondent à ce cas de figure : majoritairement (16/20), c’est le rap qui est valorisé (c’est-à-dire qu’on est dans une structure « je fais du rap pas du … »).

Je fais du rap pas du/de la… Je fais pas du rap je fais du/de la…
Opposition « genre musical » 10 1
Slam (x2), pop, musiques urbaines, ACDC, variété, métal, rap technique, country, hip-hop Blues
Opposition « musique » 4 0
Politique, athlétisme, traduction, pipeau
Opposition « légitime » 2 3
Poésie, poète Poésie, art, philo

Ainsi, un certain nombre d’oppositions visent à spécifier le rap par rapport à d’autres genres de musique. « Le » rap est alors perçu comme quelque chose d’unifié, qu’il n’y a pas forcément besoin de justifier par rapport à d’autres raps, comme l’exemplifie bien cette phase de Deen Burbigo dans son morceau « Blue Magic » : « j’te cause de ceux / Qui sont là à m’parler d’rap technique, de rap dirty / Han ! Moi, j’fais du rap tout court ». D’autres visent plutôt à défendre le label « rap » par rapport à d’autres labels proches, comme le « hip-hop » ou les « musiques urbaines ».

Une deuxième opposition, assez hétéroclite, amène les rappeurs à spécifier leur rap par rapport à d’autres activités non musicales : la politique, l’athlétisme etc.

Enfin, quelques rappeurs opposent le rap à d’autres formes culturelles bien plus légitimes socialement. Or, il est intéressant de noter que c’est quasiment le seul cas où le rap devient ce qui est négativement évalué : « j’fais pas du rap, j’fais d’la poésie » (« Thanks » de Blackapar). Ce type de formulation laisse à penser que le rap n’est pas exempt de processus de légitimation interne, où certains acteurs cherchent à se démarquer des autres en faisant appel à des arts plus légitimes que le rap.

En conclusion, après cette brève exploration de notre corpus, il semble que certains schèmes de perception sont assez prégnants dans le rap : conscient/inconscient (quoi que l’opposé de conscient n’est jamais très clair), commercial/indépendant (bien que ce terme soit ici rarement utilisé), dur/mou, haut/bas, sale/propre. En définitive, ce sont avant tout des catégories repoussoirs qui sont utilisées et chacune de ces oppositions mériteraient d’être étudiées en elles-mêmes.

Afin de compléter cette description, il faudrait chercher à mettre en rapport les usages des différentes oppositions catégorielles que nous avons essayé de dégager avec des caractéristiques sociales ou formelles des morceaux et des rappeurs. En effet, cela permettrait de voir comment ces oppositions, qui répondent – entre autres – à des enjeux de position dans un champ, se structurent. Dans un premier temps, les pistes qui me semblent les plus abordables seraient d’essayer de mettre cette recension dans un perspective chronologique, en rajoutant les dates des morceaux (et éventuellement du début de carrière des artistes), afin de voir si l’usage de différentes catégories de spécification du rap n’est pas lié à des phénomènes de génération.

Corentin.

 

 

Bonus track : Pour qui ou pour quoi faire du rap ?

Dans le reste du corpus – celui où on ne décèle pas de catégorie – une expression revient souvent : faire du rap « pour » ou ne pas faire du rap « pour ». Le pour désigne alors soit quelqu’un, soit un but. On trouve ainsi 45 morceaux qui utilisent cette formule (ou une variante du type « si je fais du rap, c’est pour… »).  Les deux tiers expriment des objectifs, le tiers restant des personnes pour qui faire du rap. Dans le premier cas, on trouve principalement trois registres de justification de son rap : les sentiments (faire du rap pour se soulager, oublier, se défouler etc.), le plaisir (pour soi ou pour les autres) et le succès.

 

Je fais du rap pour Je fais pas du rap pour
Plaisir 4 4
Faire croquer, l’fun, m’auto-satisfaire, le kiff (vs le biff) Plaire (x3), être marrant
Sentiment 6 0
M’exprimer, justifier mon ignorance, oublier les soucis, m’défouler, tenir, me soulager (vs faire des milliers de vues)
Succès 6 9
Faire briller (mon étoile), péter les mics, de l’oseille, mieux serrer de la fouffe, être au top, baiser Ayem  Le biff (vs le kiff), faire des milliers de vues (vs me soulager), tout plier, être une star, être populaire, qu’ça passe en boucle dans les discothèques, être à la télé, un profit, être haut classé
Inclassable 2 2
Contrecarrer leur plan, éviter les litiges Qu’on l’écoute (vs qu’on l’réécoute), parler de rap

La dimension « succès » est comparable à la dimension « commerciale » que nous avions vue plus haut : très souvent, il s’agit de s’en démarquer. De façon générale, une opposition revient beaucoup : entre un rap qui serait uniquement centré sur le rap et un rap qui viserait autre chose que lui-même (comme lorsque Tekilla dit, dans « En roue libre » : « j’fais pas du rap pour parler de rap »). On retrouve cette opposition quand le « pour » désigne des individus, par exemple dans cette phase de Youssoupha : « je fais pas du rap pour les rappeurs, je fais du rap pour les gens ». Cependant, la mise en exergue d’un auditeur qui serait neutre (« les gens »), et éventuellement « universel », est contestée par d’autres : « je fais pas du rap pour tous » (Brav’, « Brav against the machine »), « je fais du rap qui n’est pas pour tous publics » (Iguan, « Ris cris prie »).

Le destinataire désigné est alors de deux types : dans un premier cas, il s’agit d’un groupe de personnes proche du rappeur, ce qui est souvent souligné par le pronom possessif « mes » : « mes bros », « mes crosses eyeds bitches », « mes blacks, arabes, quetur » etc. Dans un deuxième cas, il s’agit d’un groupe social que le rappeur cherche à valoriser : « les ados à la ramasse », « ceux qu’ont un brin de conscience », « les vrais tueurs » etc.

Crédits photographiques : Baptême d’un bateau, en référence à la thèse de la performativité du langage de John Austin dans Quand dire c’est faire, 1955.

  1. Anthony Pecqueux, Voix du rap, 2007, p71 []
  2. Anthony Pecqueux analyse également l’évolution entre « je rappe » et « j’rappe » avec élision du e. Il montre qu’il s’agit d’une transformation du flow des rappeurs : au début des années 90, la performance technique supposait de dire toutes les syllabes (jusqu’à une forme d’épreuve de prouesse : dire le maximum de syllabes en un minimum de temps), auquel se substitue un flow tourné vers une prononciation plus proche du langage courant, voire contenant plus d’élision que dans celui-ci. On pourrait vérifier cette hypothèse en comparant les dates des morceaux utilisant « je fais du rap » avec celles utilisant « j’fais du rap ». []
  3. 66 pour « je fais du rap », 118 pour « j’fais du rap », 39 pour « j’fais pas du rap » et 14 pour « je fais pas du rap » (et une pour « je ne fais pas du rap »). []
  4. Encore une fois, il serait intéressant d’étudier cette expression en soi. Notamment, il faudrait regarder l’évolution chronologique des usages de cette catégorie : on peut supposer qu’il y a un temps de la « création » de celle-ci, où la majorité des jugements sont positifs, puis, à mesure qu’elle se diffuse, des usages de plus en plus négatifs. []

2 réflexions au sujet de « Exploration d’une recension : ce que « je fais du rap » veut dire »

  1. Tout ça me fait penser que la quanti ça pourrait grave servir à des approches stylistiques… A l’échelle d’un-e rappeur/se par exemple ou d’un album (des linguistes avaient recensé le nombre de fois où les verbes « être » et « paraître » apparaissaient dans La Princesse de Clèves, ce qui a donné lieu à pleiiin de belles interprétations stylistiques). ça peut aussi être le moyen d’en faire une histoire plus « histoire de l’art » – typiquement ce que note Anthony Pecqueux sur l’élision syllabique – genre identifier des évolutions de registre, flow, etc. Reste à voir si RapGenius est une base de données suffisante.
    Bien vu le coup des hapax!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *