Médine et la grammaire du « double discours »

Ce billet a été écrit en collaboration avec Estelle Mouton-Rovira, doctorante en lettres modernes à l’université Paris VII.

 

Au moment de définir les approches que nous allions utiliser pour analyser le rap dans ce carnet, son étude comme « discours » nous est apparu particulièrement intéressante. En effet, le discours est à la fois ce que dit le rap (les lyrics) et ce qui en est dit (les commentaires), ce qui permet de combiner analyse de la production et de la réception de la musique. Par ailleurs, la notion de discours a vocation à insister sur le fait qu’il faut essayer de mener simultanément une étude du contexte d’énonciation, des caractéristiques du locuteur (et éventuellement des destinataires) et des caractéristiques sémantiques et littéraires des contenus1. En somme, il s’agit de n’oublier ni les aspects sociaux et historiques, ni les aspects langagiers et littéraires d’un morceau, même si cela peut ressembler à un vœu pieu. En effet, la division sociale des études universitaires ne permet pas, dans une formation classique de sociologie, de savoir utiliser les outils techniques d’analyse du discours. Pour remédier à cela, nous écrivons ce billet « à quatre mains », afin de croiser les approches, sociologique (Corentin) et littéraire (Estelle).

En lien avec le titre de notre carnet « Nycthémère » (voir l’explication ici), notre objectif est également d’étudier le « double discours » dont le rap peut être l’objet. C’est ce que Karim Hammou appelle « l’illégitimité paradoxale » 2 du rap en France : malgré son succès commercial, le rap est toujours présenté comme un phénomène aux marges de la société, il se situe donc à la fois dans une position centrale et est maintenu dans une position de marginalité (dans les représentations, dans les médias) et d’exotisme3.

Karim Hammou souligne qu’un des éléments de cette illégitimité paradoxale est que le rap est ramené dans les médias à une forme d’expression d’une « misère sociale » et non à un mouvement artistique. En fait, plus qu’un simple reflet de cette misère, ce qui est souvent pointé du doigt (par des commentateurs comme Alain Finkielkraut ou Eric Zemmour), c’est un message socialisateur de violence (à l’égard des forces de l’ordre, de l’Etat ou que sais-je) ou l’appel à un repli « communautariste ». D’où une accusation de « double discours », qui renverse finalement l’analyse initiale du sociologue : sous prétexte d’une forme d’expression musicale, il y aurait un message plus ou moins caché, qui serait, selon ces commentateurs, négatifs pour ceux qui écouteraient ces morceaux.

C’est dans ce type de débat que s’inscrit le rappeur Médine, dans son morceau justement intitulé : « Double discours » est justement le titre d’un de ses morceaux4, que l’on se propose d’analyser ici. Plus précisément, le rappeur y répond aux critiques qui sont souvent faites aux intellectuels musulmans, qui ne tiendraient pas les mêmes propos en fonction de leur auditoire5 : discours soluble dans la République dans les médias généralistes (apaisement, intégration etc.) versus discours virulent lorsqu’ils s’adressent directement à la communauté musulmane (affrontement, etc.).

Le rappeur publie ce morceau en mai 2005, à l’occasion de la réédition de son deuxième album Jihad, sorti quelques mois plus tôt. Médine avait essuyé le type de critiques que nous avons évoqué plus haut : sur le forum du CSA par exemple, certains s’offusquent de ce qu’il serait un dangereux islamiste6. Ce morceau est notamment conçu comme une réponse à ces critiques, qu’il intègre alors à son album. Ainsi, si Médine évoque la tension qui le traverse en tant que rappeur musulman, il défend l’unité de son discours, lorsque d’autres le trouve « dangereux » (« un double langage, prends garde au double personnage / (…) Médine / dangereux MC pénalisé / un rappeur musulman sans double personnalité »). Pour le rappeur, cette impression de « double discours » ne vient pas du locuteur, mais de celui qui écoute, l’auditeur étant victime de « double audition », ce que Médine développe (plus récemment) dans un morceau du même nom, que l’on trouvera ici.

En somme, ce que pointe Médine, c’est le fait que les rappeurs – lui en tête – sont souvent écoutés d’une mauvaise oreille, toujours apte à surinterpréter ses paroles7 , ou plus généralement tous les signes qu’il renvoie (et qu’on lui renvoie). C’est par exemple le cas de la barbe qu’il arbore, qui joue un rôle dans son assignation par certains comme « dangereux islamiste » (« Parle moi de ma barbe, de Zacharias Moussaoui »), alors qu’il souligne dans son morceau Code barbe les multiples autres symboliques auxquelles la barbe peut être associée8. Double discours démarre d’ailleurs par un jeu d’oppositions moqueur : « pourquoi tu parles de ma barbe, dans le fond de ta moustache, petit journaliste en stage? ». L’opposition de caractéristiques physiques, la barbe et la moustache, crée une opposition rhétorique entre les deux interlocuteurs : d’emblée, le morceau raille l’attention portée à des signes pas forcément distinctifs, en mettant à distance les préjugés et l’importance du paraître9.

Le rappeur n’est cependant pas passif face à ces assignations, et peut jouer sur la réception de ses morceaux telle qu’il l’anticipe. Par exemple, le titre de son deuxième album, Jihad, est une « stratégie de promotion » (par la « provocation »), comme il le dit dans Double discours, puisque le titre de l’album est généralement connu avant l’écoute de celui-ci. Il s’agit cependant d’une invitation à faire réfléchir l’auditeur durant l’écoute de son album : le « Jihad » n’est alors plus une provocation mais une référence au « Jihad majeur », qui est « la lutte contre soi-même », comme l’indique le sous-titre de l’album. La logique du morceau de Médine consiste alors à affirmer une appartenance sans concessions à l’Islam, tout en maintenant une limite stricte à ne pas franchir pour l’auditeur, celle de l’assimilation à l’islamisme.

La structure du morceau

La forme du morceau mime un dialogue entre Médine et ce qu’on peut supposer être un de ses critiques. La structure est une répétition de la forme « Parle-moi de X, je te parlerai de Y. », X et Y étant deux choses que l’on peut mettre sur un même plan, mais qui relèvent de deux registres différents. Répondant à ses détracteurs qui l’accusent de produire des textes ambigus, Médine met en scène, avec « Double discours », la coexistence de discours contradictoires. Cette ambiguïté vise précisément à renvoyer aux auditeurs la responsabilité de l’interprétation.

Qui est je? Qui est tu?

On peut se demander à qui font référence le « je » et le « tu » du morceau. Il semble que, dans les deux cas, le pronom ne désigne pas toujours la même entité. Parfois, l’adresse est précise et directe, par exemple ceux qui l’ont critiqué sur le forum du CSA (« Parle moi à travers le forum du CSA »), où les journalistes critiques (« petit journaliste en stage »). Dans d’autres cas, il semble viser plus généralement un groupe social, comme lorsqu’il rappe « Je te parlerais des tiens et de la Saint-Barthélemy », même si le groupe n’est pas nommé (désigne-t-il les catholiques ? Ou les puissants qui ordonnent des massacres, religieux ou politiques ?). Le “tu” prend alors un sens collectif et semble en fait plus désigner un “eux”, puisque les caractéristiques de ce “tu” le renvoient à être celui qui est en opposition au “je”. La deuxième personne fonctionne également comme une adresse au destinataire du morceau. Ce dispositif énonciatif construit une fiction d’implication : tout se passe comme si le rappeur interpellait son auditeur, qui se trouve directement pris à parti.

En ce qui concerne le “je”, il est intéressant d’écouter la version live du morceau puisque le double discours y est mis en forme vocalement : si Médine, de façon générale, commence les phrases, ce sont les backeurs10 qui les finissent. Cette alternance répond, semble-t-il, à plusieurs logiques : une logique énergétique liée à la performance en live (donner du rythme au morceau), mais aussi une logique d’illustration, où le double discours devient double voix, ainsi qu’une logique de jeu sur le « je ». En effet, alors que les backeurs disent « pourquoi tu parles de sa barbe », en référence à Médine, ils disent « parle moi de X » ou « je te parlerai de Y ». Le « je » ne fait donc pas ici référence à l’individu qui rappe, mais désigne un groupe plus large (un « nous »), qui a un sens politique.

L’opposition entre ce « je » et ce « tu », rappelée sans cesse par la structure du morceau, amène donc à penser qu’il s’agit d’une reprise de la forme du « clash »11. Cependant, ces deux entités ayant souvent des caractéristiques de groupes, le clash n’a pas pour enjeu l’individu (forme de l’egotrip), mais le collectif (forme du manifeste), et est structuré par une opposition classique entre un « eux » et un « nous ».

Les doubles sens d’un double discours 

L’idée de départ de ce billet vient d’une interrogation sur la concordance des temps. Est-ce « parle-moi de X, je te parlerai de Y » (au futur) ou « je te parlerais de Y » (au conditionnel) ? Le sens de la phrase n’étant pas le même à chaque fois : au futur, il y aurait l’idée d’une concomitance de deux discours (une corrélation) inconciliables, tandis qu’au conditionnel il y aurait plus l’idée d’une consécution, un discours entraînant l’autre (une causalité). Cependant, après examen de toutes les possibilités syntaxiques (système hypothétique à l’impératif avec ellipse de « si » ou juxtaposition de deux propositions indépendantes), il apparaît que, dans tous les cas, la concordance des temps impose le futur. Toutefois, l’ambiguïté du sens de cette structure persiste, comme on essaie de le montrer dans la suite de ce billet.

Conformément à ce qu’annonce le titre du morceau, plusieurs lectures du morceau sont possibles. En s’appuyant sur une analyse littéraire, convoquant des outils grammaticaux (analyse de la syntaxe, du temps des verbes) et stylistiques, on peut faire apparaître ces différents niveaux d’interprétation, tout en tenant compte de la dimension littéraire et musicale du morceau.

Une première lecture fait apparaître un régime d’opposition entre deux visions du monde apparemment inconciliables. Toutefois, une relecture attentive aux valeurs de l’impératif révèle une forme de stratégie argumentative fondée sur le défi, de la part du rappeur. Enfin, cette mise en scène de « discours » concurrents est aussi une tentative pour construire un espace sinon de dialogue, du moins de coopération ou de réflexion. Ces trois strates coexistent dans le morceau, sans qu’il soit possible de trancher. Ainsi, en accord avec l’ensemble de sa démarche satirique12, Médine renvoie ses critiques aux défauts de leur propre interprétation, et engage son public à ne pas s’arrêter au premier degré, à creuser son écoute.

L’opposition entre deux visions du monde et deux langages

Le morceau est construit sur la répétition d’une même structure syntaxique, identifiable comme un système hypothétique, avec subordonnée à l’impératif (il y a donc ellipse du subordonnant « si ») et principale au futur. C’est la syntaxe de la menace, rendue plus vive par endroit selon les thèmes abordés « Parle moi du temps béni des colonies / Je te parlerais de Thiaroye, de la torture en Algérie » ou par le lexique « Parle-moi de mes albums et de leur provocation / […] Je te parlerai vengeance contre la stigmatisation ». De manière générale, le flow oppose systématiquement deux visions du monde, deux versions inconciliables. L’articulation syntaxique (hypothèse probable) exprime donc qu’un discours entraîne l’autre, de manière implacable. La syntaxe rejoue une incompréhension mutuelle, par la dynamique d’une répartie cinglante et l’anticipation négative permise par la structure hypothétique fait voir l’échec du dialogue. La présence d’autres occurrences de l’impératif à la forme négative accentue l’impression de menace : « Parle-moi face à face, ne parle pas au téléphone / Sinon je te parlerai des RG qui nous espionnent », ici rendue plus vive par le mot « sinon » qui exprime l’hypothèse négative. Autre impératif négatif, qui cette fois rompt le parallélisme entre « parle-moi » et « je te parlerai », à la fin du premier couplet : « Parle-moi de ma barbe de Zakaria Moussaoui / Mais ne dis pas pour faire peur que je ne serre pas la main des filles ». Le refrain suit immédiatement cette dernière interdiction, et fait intervenir l’expression « Prends-garde », elle aussi menaçante.

On peut souligner ici la variation entre « parler » et « dire » : la seconde proposition, coordonnée, montre la limite entre le préjugé, audible car on peut y apporter une réponse, et la calomnie, suggérée ici par le complément « pour faire peur ». Une réinterprétation de ces impératifs répétés, « Parle-moi » est donc possible. « Ne dis pas » relève de l’interdiction stricte, mais « Parle-moi » peut aussi être entendu comme un défi.

Une stratégie argumentative : répondre aux préjugées

Une stratégie argumentative se déploie au fil du texte, puisqu’à chaque élément introduit par la subordonnée à l’impératif, la principale y oppose une autre version, faisant varier les points de vue : « Parle-moi de la banlieue et de son intégration / Je te parlerai du ghetto et de sa discrimination ». C’est alors le jeu des interprétations qui est montré. Le parallélisme établit alors une série d’équivalences relatives. Le rapport de sens entre les deux propositions peut en effet varier de la simple réinterprétation, comme c’est le cas pour « ghetto » opposé à « banlieue », à une association d’idées polémique : « Parle-moi de mon pays d’origine / Je te parlerai de l’Afrique qu’ils ont mise au régime », voire à l’identification d’un rapport de causalité qui vaut alors accusation : « Parle-moi de Ben Laden Oussama / Je parlerai de Bush ou de R. Condoleezza ».

Une logique de réponse constructive se substitue donc au constat des oppositions. Le système hypothétique implique la réponse (contenue dans la principale), montrant ainsi à l’interlocuteur que l’affirmation de sa vision du monde entraîne une interprétation non seulement concurrente mais dialogique. Il ne s’agit alors pas tant de mettre en garde que de montrer par l’exemple la violence dévastatrice des préjugés et lectures unilatérales d’évènements historiques conflictuels. Dans les vers13 « Parle-moi d’Al Qaïda comme si c’était ma famille, je te parlerai des tiens et de la Saint-Barthélemy », Médine montre donc qu’une assimilation d’un musulman aux membres d’Al-Qaïda est aussi absurde et intenable que de considérer que tout catholique est responsable de la Saint-Barthélemy.

Dans la mesure où le morceau vise à être écouté plus que lu, on pourrait aussi choisir d’entendre deux phrases non corrélées. La première à l’impératif (Parle-moi), mettrait l’interlocuteur au défi de partager son point de vue, d’exposer sa version des faits. La seconde, que l’on entendrait alors au conditionnel (Je te parlerais), suggérerait une réponse, dont l’irréel atténuerait la force d’opposition, et permettrait d’amorcer un dialogue, une confrontation des préjugés mutuels. L’interprétation est alors très orale et s’écarte de la concordance des temps, mais l’éventualité de ce type d’ambiguïté à l’écoute souligne la complexité du discours de Médine14.

Les conditions de possibilité d’un dialogue

Le « double discours » devient donc condition de possibilité d’un échange des points de vue, comme le montre la succession des termes connotant la parole dans le refrain : « Un double discours, un double dialogue / Un double langage […] », appelant à dépasser la mise en scène de l’incompréhension. À l’accusation de « double discours », Médine répond donc par la mise en scène d’une opposition, notamment dans l’ordre de la langue : « Parle moi si tu le veux de la langue de Molière / Je te parlerai le langage de l’Arabian Panther ». La rime Molière/Panther réactive un imaginaire de libération par la langue. « Arabian Panther » est le nom que se donne Médine, en référence aux Black Panthers. L’allusion, si elle fait ironiquement rimer deux mots de langues différentes, valorisant ainsi un langage hybride, transforme surtout le « double langage » d’abord perçu négativement en espace de confrontation et en terrain d’émancipation. C’est alors l’idée d’une traduction entre deux langages ou deux visions du monde qui est ici suggérée.

La structure rythmique du morceau permet donc de chercher les conditions d’une traduction entre ces deux langues, ce « double langage ». Sur le plan lexical, c’est surtout le choix du verbe « parler » qui doit guider l’interprétation vers la construction d’un espace de confrontation ou de conciliation intersubjective. De manière très simple, les formes à l’impératif et au futur, dans le système hypothétique, mettent en présence les pronoms « moi » et « te » dans chaque vers, ce qui amorce la représentation d’un dialogue.

Les deux derniers vers, « Parle-moi de toi ou bien parle à ton miroir / Je te parlerai de moi et des dossiers de l’histoire » affirment, par le chiasme des pronoms, l’existence d’un échange, et articulent compréhension de soi, compréhension de l’autre et confrontation nécessaire à une histoire commune. Le « miroir » est ici sans doute une accusation qui souligne, par ses connotations narcissique (l’egotrip), la complaisance de l’interlocuteur dans un discours qui ne le fait pas sortir de ses représentations habituelles et de ses préjugés. Le terme peut renvoyer aussi à un dialogue mené seulement avec ses semblables. Médine engage donc son auditeur à se confronter à d’autres discours. Les « dossiers de l’histoire » ont une valeur générale, dont quelques éléments ont pu être évoqués dans les vers qui précèdent (Thiaroye par exemple) : le rappeur fait de son flow une force de dessillement, un espace de décentrement du regard15.

On peut alors relire un autre impératif présent au début du morceau. L’expression « Ecoute mon Jihad », si elle vise à provoquer, capte efficacement l’attention, et fonctionne aussi comme un code rhétorique qui lance le chant. Or, Médine fait ici référence au « Jihad majeur », lutte contre soi-même. Il s’agit donc bien, par cette adresse au « journaliste » qui recouvre une adresse plus large, d’inviter le public à combattre ses propres représentations, à l’image du rappeur lui-même, qui déploie phrase après phrase les conditions d’une traduction, contre l’opposition de deux langages qui s’ignorent16.

Estelle Mouton-Rovira et Corentin Roquebert

Crédit photographique : détail de la pochette de l’album de Médine, Table d’écoute volume 2, Din Records/Because Music, 2011.

  1. Voir, par exemple, LAHIRE Bernard, « De l’indissociabilité du langagier et du social », Sociolinguistic Studies, 2009. []
  2. HAMMOU Karim, Une histoire du rap en France, 2013 []
  3. Ce carnet est lui-même ambigu vis-à-vis de cela, malgré nos efforts pour mettre à distance nos représentations sociales par rapport au rap. []
  4. Et non, pour tomber dans le calembour facile, le morceau d’un de ses titres, puisque « Double discours » est l’entièreté du nom. []
  5. Critique qui est notamment souvent adressée à Tariq Ramadan. Voir par exemple cela (parmi une recherche Google qui donne beaucoup de résultats.). []
  6. Médine publie un texte sur ce forum, où il évoque justement ce « double discours » dont on l’accuse : « Mais encore une fois je dois sûrement tenir un double discours car cela est trop beau venant de ma part. Je ne prétends pas avoir un discours qui est critiquable sur aucun plan, je ne prétends pas non plus être super objectif, mais j’essaye d’être le moins subjectif possible et je mets quiconque au défi de trouver un propos outrageant, incitant au désordre, injurieux envers qui que ce soit dans cet album. ». On retrouve le texte ici, mais la version originale (avec notamment les commentaires initiaux que Médine critique) ne sont plus accessibles. []
  7. Ce qui ne serait pas uniquement une aptitude de ses contempteurs, mais également d’une partie de son public, à qui il répond dans le morceau « Hotmail ». []
  8. Par exemple « Sur un prof de science, elle symbolise la sagesse ». []
  9. Les commentaires de RapGenius suggèrent une allusion à la moustache d’Hitler : l’interprétation semble extrême, mais montre tout au moins que Médine s’attache à condamner ce type d’associations d’idées. Par ailleurs, rapprocher une moustache à celle d’Hitler serait le même type de parallèle qu’évoque Médine dans « Parle moi de ma barbe de Zacharias Moussaoui ». On peut ici relever une ambiguïté syntaxique, puisqu’on ne sait pas s’il s’agit d’un complément du nom ou d’un début d’énumération (s’il y avait une virgule après « barbe ») : dans le premier cas, le parallèle – et la dénonciation du préjugé – est plus fort que dans le second). []
  10. On appelle ici « backeurs » les personnes présentes sur scène qui n’ont pas de couplet « à eux », mais qui sont là pour soutenir vocalement le rappeur principal, en rappant avec lui sur certaines phrases (pour en appuyer le sens ou pour donner du rythme et de l’énergie) ou en les terminant. []
  11. On désigne ici par « clash » la forme de rap qui prend la forme d’une dispute entre au moins deux rappeurs, où chacun essaie de montrer par sa verve ou ses arguments qu’il est meilleur que les autres. Ces clash prennent le plus souvent la forme d’une suite de morceaux où les rappeurs se répondent (cas du clash entre Jacky Brown des Neg’Marrons et Lord Kossity en 2004, ou de celui entre Sinik et Booba en 2007), mais parfois il s’agit d’un seul morceau (un contre tous les autres rappeurs : cas de MC Jean Gab’1 et de son titre « J’t’emmerde »), qui peut dans certains cas (à la limite du pastiche) voir se clasher des rappeurs au sein d’un même morceau (cas du morceau « Le clash » entre Tunisiano et Aketo du groupe Sniper, ou de « Contre nous », entre Médine, Kery James et Youssoupha. []
  12. Pour une approche récente, on pourra aller voir le dernier morceau de Médine,  Don’t Laïk, dont les commentaires ont été bloqués sur Youtube. A la place, Médine publie, sur la même page, une déclaration d’intentions où il explique sa démarche satirique : « […] si la satire est omniprésente dans mes albums et notamment dans mes derniers morceaux, à l’encontre des différentes formes d’extrémisme (religieux, politique et philosophique), ça n’est que pour rendre le débat serein et équilibré. La provocation n’a d’utilité que pour identifier certains phénomènes pervers, que sont tous les types de fondamentalisme, et dans le but de mieux s’en prémunir. Mes morceaux appartiennent à cette tradition d’œuvre caricaturiste qui exagère volontairement les représentations pour en extraire son contenu parfois absurde et contradictoire. Il est donc maladroit de m’attribuer des considérations communautaristes, alors que j’en suis précisément le critique. #ImMuslimDontPanik » []
  13. On utilise le terme « vers », puisqu’il s’agit bien, pour chaque segment, du retour d’une même structure rythmique et sonore. []
  14. La question de la prise en compte de l’oralité du discours pose des problèmes théoriques complexes. Les outils utilisés pour l’analyse d’un texte écrit s’appliquent, mais certaines configurations syntaxiques peuvent demeurer ambiguës dans la mesure où la plupart des transcriptions disponibles sur Internet ont été effectuées par des auditeurs, avec toutes les erreurs ou imprécisions que cela peut impliquer. L’interprétation doit donc idéalement tenir compte de ce qui peut être entendu, même au détriment de la grammaire et de la syntaxe, afin d’envisager les différents effets de sens possibles. La polémique qui a entouré en 2010 la sortie de l’anthologie de textes de rap transcrits à la façon de poèmes publiée par les universitaires Andrew Dubois et Adam Bradley (The Anthology of Rap, Yale University Press, 2010) témoigne parfaitement des problèmes méthodologiques que posent aux chercheurs le passage l’oral à l’écrit et la fixation d’une transcription canonique : des articles de Slate signés par le journaliste Paul Devlin critiquent ainsi fortement les multiples erreurs de transcriptions qui émaillent l’ouvrage (ces articles sont à retrouver ici, ici et ). Une interprétation ouverte, y compris au niveau de la transcription écrite, semble donc préférable afin de ne pas annihiler la capacité des textes de rap à distordre la langue en les enfermant dans la grammaire et la syntaxe. []
  15. Même si l’opposition entre le particularisme du « tu » et l’universalisme du « je » (représentant de l’histoire), en accord avec la rhétorique du clash, conduit Médine à conclure en légitimant son point de vue. []
  16. L’analyse que nous proposons gagnerait à s’enrichir d’une étude plus systématique de la réception de ce morceau, qui permettrait de voir comment Double discours a été effectivement interprété : opposition de vision du monde irréconciliable, stratégie argumentative de réponse ou réflexion sur les conditions de possibilité d’un dialogue/débat ? Malheureusement, les commentaires des vidéos sont assez sommaires et ne fournissent aucune indication. On trouvera cependant quelques pistes sur ce forum (au moment de l’affaire du CSA). []

3 réflexions au sujet de « Médine et la grammaire du « double discours » »

  1. Salut

    Votre emploi du conditionnel ( « qui ne tiendraient pas les mêmes propos en fonction de leur auditoire » ) alors que l’article du point ( http://www.lepoint.fr/societe/charlie-hebdo-docteur-tariq-et-mister-ramadan-17-01-2015-1897452_23.php ) (et l’article ((ou plutôt les articles)) du Temps montre le double discours ((sans utiliser cette expression)) à propos de Tariq Ramadan qui parle lui de « double standard » ) ne l’utilise pas ( à la différence de http://www.lesinrocks.com/2015/01/20/actualite/tariq-ramadan-tient-il-un-double-discours-sur-charlie-hebdo-11548310/ ) ; me semble problématique.

    1. Bonjour,

      il ne s’agit pas ici de déterminer si Tariq Ramadan tient réellement un double discours ou non, mais juste de dire que certains l’accusent de cela. C’est une hypothèse que les articles mentionnés cherchent à confirmer ou non. Le conditionnel est alors la forme verbale appropriée pour exprimer cela (une hypothèse qui est ici une suspension du jugement). Pour vous convaincre facilement des différentes valeurs du conditionnel : http://www.francaisfacile.com/exercices/exercice-francais-2/exercice-francais-94915.php
      Bonne journée,

      Corentin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *