L’histoire-chevrotine : Ras Kass, « Nature of the Threat » (1996)

Dans « Nature of the Threat », Ras Kass mentionne la Vénus de Willendorf, le passe de Khyber, les Minoens, la révolte de Spartacus, le concile de Nicée, Michel Ange, la date exacte de la chute de Grenade et le cardinal Cisneros, il explique que les Européens sont les descendants d’albinos chassés par les populations noires habitant l’Afrique il y a 20 000 ans, que la civilisation grecque est fondée sur l’homosexualité et la pédophilie, que la prise de Carthage par Rome en 146 av. J.-C. est à l’origine du premier génocide de l’histoire, que l’empereur Constantin est l’initiateur de la Manifest Destiny, que les musulmans ont conquis la France au VIIIe siècle et l’ont contrôlé pendant 700 ans, que Thanksgiving célèbre la persécution des populations maures d’Espagne, que le sida a été conçu pour empêcher le remplacement démographique des populations blanches par les populations noires et il rapproche les pensées d’Arthur Schopenhauer et d’Ishakamusa Barashango. Tout cela dans un morceau de bravoure de près de huit minutes, sans refrain, avec juste un beat et d’étranges bruits de fond, notamment le ressassement lugubre d’une cloche. Le morceau constitue un véritable trou noir qui avale l’histoire canonique de l’humanité pour la recracher sous sa forme nue : le récit de la lente construction du suprématisme blanc.

 

« Nature of the Threat » est un des treize morceaux du premier album de Ras Kass, Soul On Ice, sorti en 1996. Le titre de l’album fait référence à un ouvrage éponyme d’Eldridge Cleaver, publié en 1968 et rassemblant divers essais écrits en prison dans lequel le membre du Black Panthers Party raconte comment l’enfermement a transformé le délinquant qu’il était en théoricien révolutionnaire1 . Sur la pochette de Soul On Ice, Ras Kass est représenté dans une cellule aux barreaux convexes et cette déformation renforce peut-être l’analogie avec Cleaver en suggérant que Ras Kass, lui aussi, se transforme. Cette transformation, c’est l’histoire de « Nature of the Threat ». Morceau controversé, dénoncé à sa sortie et encore aujourd’hui pour ses raccourcis, ses erreurs et ses thèses révisionnistes, il constitue une expérience limite de fusion entre rap et récit historique et mérite, à ce titre, d’inaugurer la section consacrée aux analyses de morceaux.

Du rap factuel

Expérience limite, « Nature of the Threat » l’est déjà pour son auteur. Si Ras Kass aime insérer des références ou des interprétations historiques dans ses morceaux2 , « Nature of the Threat » va plus loin dans l’usage systématique de l’histoire. Dans une interview accordée en 2011 au site TheBeeShine.com, Ras Kass explique qu’à travers ce morceau, conçu comme un défi personnel, il a cherché à faire œuvre d’historien et de philosophe et non seulement de rappeur : « The time it took me to get that done was more [of that of a] historian or philosopher than a rapper ». Ras Kass dit refuser l’egotrip, le lyrisme et les effets d’écriture pour se concentrer sur l’énoncé des faits : « it’s not a storytelling song and it’s not the most lyrical song; it’s a factual song ». Cet effacement du « moi » derrière les « faits » distingue « Nature of the Threat » d’un morceau comme celui de Disiz intitulé « Cours d’histoire » qui se présente comme un egotrip dans lequel le rappeur se met en scène en « nouveau prof d’histoire » explorant le passé pour faire remonter dans le présent événements et figures occultés3 . Pour l’historien Patrick Garcia, « l’émergence des passés déniés » est l’un des trois grands phénomènes caractéristiques des « usages publics de l’histoire » qui se sont développés depuis une trentaine d’années. Contre l’« histoire froide et patrimonialisée » émergent des « mémoires chaudes et revendicatives » qui se rattachent à des événements historiques les plus dramatiques (génocides, guerres, esclavage)4 . Si Ras Kass ou Disiz se présentent volontiers comme des historiens pour donner de la crédibilité à leur discours et s’opposer à l’histoire jugée européanocentrée des institutions et des livres d’écoles (« They never mention this in history class » dit Ras Kass), leurs démarches se situent clairement davantage du côté de la mémoire et d’une appropriation subjective et militante du discours historique.

L’absence du « je » n’empêche pas des prises de parole directes lors desquelles Ras Kass se départit de la neutralité historienne pour invectiver l’ensemble de la population noire américaine (voire mondiale), qu’il appelle à l’insurrection (« Now fight the power, you bitch-ass niggas ») et dont il raconte la véritable histoire à la fois pour la galvaniser et l’ériger en communauté fraternelle et revendicative. Sa leçon vise, par exemple, à montrer la vraie nature de la religion chrétienne aux descendants d’esclaves qui continuent à la pratiquer (« So who do you praise, do you know his name / Or do you do this in vain / Accepting the religion they gave slaves to behave »). Pour Ras Kass, l’histoire du christianisme n’est qu’une illustration de l’emprise du suprématisme blanc qui n’a cessé d’en pervertir le sens originel pour éliminer tous les éléments témoignant de ses racines noires et africaines. Il rappelle que Jésus s’appelait en fait « Yoshua Ben Yosef » et que c’est Michel Ange qui a été chargé de le peindre sous les traits d’un homme blanc pour imposer l’idée que le blanc est la couleur de Dieu, alors qu’un passage des Antiquités juives de Flavius Josèphe, que Ras Kass prend soin de citer, dit bien que la peau de Jésus était foncée5 .

Le commentaire de texte historique à l’heure de Rap Genius

Expérience limite, « Nature of the Threat » l’est aussi pour l’historien, qui ne sait comment se situer face à une telle litanie de faits et de théories péremptoires. À première vue, on est tenté de dire qu’il doit avant tout se faire le défenseur des faits communément admis par la communauté scientifique, donc réfuter ou corriger ce qui peut l’être. Par exemple, lorsque Ras Kass affirme que le sida est un virus créé artificiellement pour sauver la race blanche de l’extinction et limiter la croissance démographique des populations africaines, l’historien doit discuter cette théorie du complot « comme on fait l’anatomie d’un mensonge » pour « analyser [sa] place spécifique dans la configuration des idéologies, se demander le pourquoi et le comment de [son] apparition » pour reprendre ce qui dit Pierre Vidal-Naquet des théories révisionnistes et négationnistes de la Shoah6 . Cela signifie donc faire le commentaire ligne à ligne des discours produits pour en faire ressortir les erreurs factuelles, les manipulations, les raccourcis, les délires paranoïaques.

On dira : est-il si important de faire l’exégèse d’un morceau sorti il y a 19 ans dont la réception fut si controversée que son auteur affirme dans l’interview déjà mentionnée qu’il a sans doute nui à sa carrière et l’a empêché d’atteindre le succès commercial ? Si l’on décide de traiter le rap comme un discours, donc d’envisager non seulement les morceaux émis, mais aussi leur réception, il faut bien reconnaître qu’Internet a brouillé les temporalités : un morceau peut se retrouver dans l’actualité bien longtemps après sa sortie, y compris à l’échelle micro d’un site ou d’un sujet lancé sur un forum. Sur le site Race and History, le morceau et les théories raciales qu’ils énoncent sont ainsi le sujet d’une controverse qui s’étire sur cinq années, entre 2002 et 2007, sachant que plusieurs mois séparent parfois les relances du sujet (c’est pourquoi il est difficile de parler d’un véritable débat). Sur Yahoo, un internaute lance un débat sur le morceau en 2010 pour demander : « Why was Rass Kass so upset of white folks? », question qui reçoit trois réponses. Enfin, le 17 décembre 2014, le site Manhood, Race and Culture publie un questionnaire intitulé « Do you have a black consciousness ? A simple self-test » dans lequel avoir écouté « Nature of the Threat » est considéré comme un des critères constitutifs d’une conscience noire. Ce panel est tout sauf exhaustif, mais il suffit à montrer que 19 ans après sa sortie, le morceau connaît une postérité active sur internet et qu’il continue de susciter discussions, controverses et appropriations identitaires.

Cette contemporanéité des usages du morceau pose cependant un autre problème à l’historien : a-t-on encore besoin de son expertise dès lors que la démocratie d’Internet permet à n’importe quel internaute de donner son avis sur le morceau, mais aussi d’en faire l’exégèse7  ? Deux encyclopédies libres viennent ainsi particulièrement concurrencer l’historien sur son propre terrain : Wikipédia et Rap Genius.

Bien que très courte (1 phrase de présentation factuelle et 3 phrases de commentaire actuellement), la page Wikipédia consacrée à « Nature of the Threat » connaît une vie agitée comme l’atteste l’historique de ses modifications, sujet d’un article annexe sur ce carnet.

Rap Genius est en revanche beaucoup plus prolixe au sujet du morceau de Ras Kass. Souvent présenté comme le « Wikipédia du rap », Rap Genius8  est devenu une entreprise extrêmement puissante dont les déclinaisons se multiplient9 . Il ne s’agit pas ici de revenir en détail sur son histoire ni d’en discuter la pertinence, mais de noter que le site, en vampirisant de plus en plus de sujets, pose aux historiens (et plus largement à tous les universitaires) le même type de dilemmes que Wikipédia : comment se positionner face à des encyclopédies participatives et démocratiques qui brisent le monopole qu’ils croyaient détenir sur l’établissement de la vérité historique ? Comment définir qui est légitime ou ne l’est pas pour établir la vérité ? Comment contrôler les moyens de diffusion de cette vérité ? Genius va même, en un certain sens, plus loin que Wikipédia puisque le site, dans sa déclinaison « History », propose aux membres d’annoter et de commenter des textes historiques célèbres comme ils le faisaient pour des textes de chansons, empiétant ainsi sur ce qui est en France considéré comme l’étalon du travail de l’historien, le commentaire de texte historique.

Au total, 39 contributeurs ont apporté 91 annotations au texte de « Nature of the Threat », les plus récentes datant de moins d’un an. Comme Wikipédia, Genius fonctionne sur une base participative : les membres publient des annotations et évaluent celles de leurs paires, positivement en cliquant sur le pouce levé et négativement en cliquant sur le pouce baissé, faisant ainsi soit gagner, soit perdre des points aux commentateurs10 . Il est intéressant de remarquer que l’exégèse de « Nature of the Threat » est considérée comme achevée (« locked »), ce qui signifie que pour pouvoir la modifier, il faut que l’utilisateur dispose d’un certain capital de points attestant la qualité ou l’ampleur de ses contributions précédentes (il en faut au moins 60011 ). Si l’on regarde d’un peu plus près les commentaires déjà postés, on constate qu’ils sont essentiellement factuels, corrigeant des dates, nuançant ou contredisant des théories, apportant des compléments ou des explications (à travers cartes et illustrations) ou encore entretenant le système de connaissance par réseaux à travers des liens hypertextes renvoyant à des articles encyclopédiques (de Wikipédia essentiellement12 ). On est donc dans l’exégèse érudite (le site s’appelait d’ailleurs initialement Rap Exegesis, mais ce nom a rapidement été jugé trop compliqué à écrire dans un moteur de recherche), dont la qualité et la finesse sont, comme sur Wikipédia, variables d’une annotation à l’autre. Le site permet même aux membres qui le désirent de commenter ces commentaires et certains en profitent pour défendre Ras Kass et les théories qu’il avance. La rubrique qui permet aux internautes de suggérer des améliorations ou des corrections pour gagner des points prend ainsi des allures de boîte de Pandore. Un certain « Taliskyn3tty » tourne le morceau en dérision sans se départir d’une grille de lecture raciale : « typical black rappers full of conspiracies. Whats funny is the conspiracy theorists (having figured it out eheheh) are always people who do not actually know anything about the subject at hand. Anyways it would take all day to correct this sheet ». Un autre, « lou », en profite pour se lancer dans une tirade sur le complot juif international qui a traversé les siècles depuis le meurtre d’Abel par Caïn13

Au niveau de l’interprétation globale à donner à ces huit minutes de litanie, les annotations validées par le site Genius sont finalement limitées. La présentation globale du morceau insiste sur sa vision afrocentriste de l’histoire, comme le fait l’article Wikipédia. Le titre, « Nature of the Threat », est expliqué très succinctement : pour comprendre les menaces actuelles qui pèsent sur la communauté noire que construit le morceau, il faut comprendre leur nature, donc leur histoire et comprendre qu’il n’y a au fond qu’une seule véritable menace : le suprématisme blanc. Enfin, un commentateur explique que « Nature of the Threat » n’est qu’une longue paraphrase rappée de toutes les théories d’Ishakamusa Barashango, que Ras Kass invoque et cite directement à la fin du morceau.

Présenté par le rappeur comme un « historien », Barashango ne l’est en tout cas pas au sens académique. Auteurs de plusieurs livres14 , ce théoricien afrocentriste semble tout de même jouir d’une notoriété relativement confidentielle : il n’a pas de page Wikipédia15 , une recherche des occurrences de son nom sur un moteur de recherche renvoie rapidement au morceau de Ras Kass et il n’est ne semble pas être un inspirateur idéologique particulièrement important de la culture rap américaine, au contraire, par exemple de Louis Farrakhan, dirigeant actuel de la Nation of Islam16 .Dans Afrikan People and European Holidays: a Mental Genocide, Barashango entend montrer que les jours fériés, notamment Thanksgiving ou le 4 juillet, sont en réalité des célébrations masquées de l’oppression des noirs par les blancs17 . Dans « Nature of the Threat », Ras Kass reprend la thèse selon laquelle Thanksgiving célébrerait originellement la décision des puissances catholiques d’anéantir tous les « Maures » non convertis au christianisme. Le rappeur se fonde sur l’homonymie en anglais entre « Turkeys », les Turcs (terme métonymique selon lui de l’ensemble des populations musulmanes et noires) et « Turkey », la dinde traditionnellement mangée à Thanksgiving : « And today, you eat the turkey, for your Thanksgiving day / As the European powers destroyed the Turkeys / Who were the forefathers of your mothers and fathers ».

Le commentaire « officiel » de ces phases sur Genius est sans équivoque sur le fait qu’il s’agit d’un non-sens historique : « Although these lyrics are delivered excellently, none of this is actually true. Thanksgiving is a purely American holiday (which doesn’t always fall on November 25th) that was declared an annual holiday by Abraham Lincoln in 1863. The modern-day celebration has nothing to do with Spain’s conquest of the Moors ». Un autre utilisateur commente cependant cette appréciation en défendant le point de vue de Ras Kass, estimant qu’il joue sur les mots « Thanksgiving » et « Turkey » dans une perspective diachronique pour souligner que l’établissement de Thanksgiving, la Reconquista et la chute de l’Empire ottoman au XXème siècle sont des événements « eurocentriques »18 . L’ambivalence de l’encyclopédisme participatif et libre apparaît dans ces deux commentaires. Lorsqu’ils sont étayés par des références précises, les commentaires peuvent corriger des erreurs factuelles ou signaler des interprétations partisanes aussi bien que ne le ferait un historien de métier. Mais des commentaires de ce type coexistent avec des jugements plus subjectifs, à l’image du second commentaire qui défend Ras Kass en invoquant le sort de l’Empire ottoman au XXe siècle, événement non évoqué par le rappeur19 .

Faire de l’historien le simple correcteur des erreurs et approximations distillées dans les morceaux de rap n’est pourtant pas très flatteur pour la profession. Cela ramène au portrait ironique que Michel Foucault traçait de l’historien résigné par l’ingratitude de sa posture de « chevalier vertueux de l’exactitude » et de gardien des « petits faits vrais contre les grandes idées vagues ; la poussière défiant le nuage20 ».

Sortir de cette défense jalouse des « petits faits vrais » peut impliquer d’inscrire « Nature of the Threat » dans une perspective plus large pour en analyser les soubassements idéologiques. Le morceau devient alors révélateur de tendances plus générales propres au discours dominant dans le rap américain, par exemple l’homophobie ou une certaine forme de radicalisme politique. Les 7 minutes et 44 seconds du morceau ont-elles ainsi pour vocation de cimenter une conscience collective à visée insurrectionnelle ? Faut-il alors y voir une forme de « marxisme noir » similaire à celui dont on pu se réclamer d’autres acteurs du rap aux États-Unis ? Si Ras Kass se sert du passé pour montrer notamment que le suprématisme blanc a été et reste le moteur de l’histoire, l’union fraternelle à laquelle il appelle se fonde davantage sur une conscience de race que sur une conscience de classe, ce qui rejoint ce que dit Charles W. Mills sur la réception contrastée des théories marxistes dans les milieux noirs radicaux21 . Cette grille de lecture raciale conduit, au-delà du seul cas des emprunts à Ishakamusa Barashango, à se poser la question de l’usage des théories afrocentristes par Ras Kass. Un parallèle peut à nouveau être tracé entre « Nature of the Threat » et « Cours d’histoire » de Disiz puisque les deux rappeurs se réfèrent à la théorie afrocentriste présentant l’Égypte pharaonique comme une civilisation noire et africaine et non comme une civilisation avant tout méditerranéenne22 . Ras Kass explique qu’Imhotep est le vrai fondateur de la médecine et qu’il était partout vénéré (même en Grèce et à Rome) sous les traits d’un « Africain noir »23 . Disiz se réfère de son côté à la théorie des Égyptiens « négroïdes » défendu par celui qui est considéré comme le père de l’afrocentrisme, Cheick Anta Diop24 .

Le problème, c’est qu’il faut faire la part entre le discours théorique invoqué, les intentions du rappeur et les effets du morceau de rap. Par un phénomène d’hybridation, des éléments scientifiques ou pseudo-scientifiques sont mélangés aux ressorts musicaux du rap, ce qui ne se fait pas sans infléchir la portée des théories récupérées puisque le transfert culturel à l’œuvre n’est ni transparent, ni innocent. Ras Kass ou Disiz ne cherchent-ils pas avant tout à promouvoir leur propre discours et à asseoir leur position « consciente » dans le milieu du rap plutôt qu’à se faire les porte-parole de théoriciens extérieurs ?

L’exégèse ou la chevrotine

En ce sens, une lecture à la loupe qui se focalise uniquement sur l’exégèse du texte oublie l’épaisseur sonore du morceau formée par la superposition de différentes couches : la voix, le beat, les samples, les boucles, etc. Fait d’un seul couplet de huit minutes et dépourvu de refrain25 , « Nature of the Threat » n’en est pas moins parcouru de sons et d’éclats de voix étranges, dont la présence fait sens.

Ainsi, à 2’10”, lorsque Ras Kass colle aux stéréotypes sur l’île antique de Lesbos en décrivant Sapho en grande prêtresse de l’homosexualité, une voix non identifiée déclare en fond : « let this dumb motherfuckers know ». Cette technique est reproduite à 3’00” et 6’12” ; à chaque fois la voix qui s’ajoute à celle de Ras Kass s’exprime sans équivoque ni circonvolutions historiques pour asséner des sentences à base de « motherfuckers ».

Plus curieux, à 4’37”, Ras Kass déclare « now listen » et le beat s’arrête. Tandis que le rappeur se met à expliquer sa théorie sur Thanksgiving, on entend en fond sonore des grésillements, puis des messages provenant de ce qu’on devine être une radio de police, notamment « I’ve got a black man running », puis le bruit d’une scène d’arrestation, avec l’injonction « get underground » répétée plusieurs fois. Le tout bien sûr agrémenté du tintement régulier de la cloche déjà mentionnée. Ce collage sonore fusionne le passé et le présent dans une concordance des temps frappante : Ras Kass évoque le XVIe siècle, mais ce qu’il dit est actuel, l’oppression des noirs se poursuit.

Il n’est sans doute pas anodin que le passage sur lequel est superposé cette scène d’arrestation policière d’un individu décrit comme un homme noir en fuite corresponde à la théorie la plus étonnante de Ras Kass, celle sur Thanksgiving. On est tenté d’y voir une forme de mise en abyme plus ou moins consciente : méprisant la chronologie, Ras Kass invoque un signe extérieur – en l’occurrence une homonymie – pour interpréter l’histoire à sa guise, de même qu’en fond sonore la police se fonde sur des signes extérieurs (en particulier la couleur de peau) pour agir de façon arbitraire. Cette superposition est saisissante en ce qu’elle suggère un antagonisme racial si marqué qu’il conduit à deux (ré)écritures de l’histoire radicales et irréconciliables, celle du suprématisme blanc, qui justifie l’oppression des noirs depuis des siècles, et celle du suprématisme noir, qui retourne contre le suprématisme blanc ses propres armes, y compris au niveau rhétorique.

Expérience limite, « Nature of the Threat » l’est aussi en tant que mélange froid et implacable de thèses révisionnistes et complotistes qui ne cherche pas à « réparer l’histoire » (pour reprendre l’expression d’Antoine Garapon26, mais plutôt à l’ouvrir béante comme une plaie avant de l’achever à la chevrotine, comme l’indique son incipit menaçant : « Let freedom ring with a buckshot, but not just yet / First, we need to truly understand the nature of the threat ».

« Let freedom ring » reprend un vers d’un chant patriotique américain27 de façon ironique, puisque pour Ras Kass le bruit de la liberté est celui d’une décharge de chevrotine. L’incipit oriente l’ensemble de l’énonciation : la litanie égrenée par Ras Kass, toutes ces dates et ces faits, ne sont énoncés que de façon transitoire, en attendant un coup de feu un temps reporté (« not just yet »), mais inéluctable. Ces presque huit minutes de déclamation historique ne servent en somme qu’à introduire le recours à la violence, comme l’énoncé de la sentence précédant l’exécution. Le but n’est peut-être même pas de convaincre ou de susciter une prise de conscience, puisque dès le premier vers la résolution de recourir à la chevrotine est irrémédiable.

Ce qui paraît le plus troublant dans l’usage que fait Ras Kass de l’histoire dans « Nature of the Threat », au-delà des distorsions chronologiques ou factuelles que l’historien a beau jeu de rappeler, c’est peut-être cette réduction de l’histoire à un simple préambule en forme de rappel des faits reprochés, récité avant l’exécution d’une sentence déjà connue. La conclusion du morceau referme la parenthèse ouverte par l’incipit : « so check / This is the nature of the threat ». Les faits sont établis, la menace ciblée, place à la chevrotine. Mais seul le tintement d’une cloche résonne jusqu’à la fin du morceau, comme pour signifier que c’est en dehors de l’espace sonore du rap que la chevrotine doit se faire entendre.

Crédits photographiques dans l’ordre d’apparition : Capture d’écran de la page Genius sur « Nature of the Threat ».

En bonus : vidéo du passage de Ras Kass dans l’émission Sway in the Morning pour évoquer son dernier album, Blasphemy, l’occasion pour le rappeur de revenir sur sa conception de l’histoire. Les commentaires de la vidéo sont assez édifiants puisque de nombreux internautes, décontenancés par le message de paix et de tolérance désormais délivré par le rappeur (« what we need is love », répète-t-il), se demandent si Ras Kass ne serait pas devenu « gay ».

  1. CLEAVER Eldridge, Soul On Ice, Ramparts, 1968. L’ouvrage est traduit en français dès l’année suivante sous le titre Un noir à l’ombre et publié par les éditions de Seuil. []
  2. Sur Soul On Ice, le morceau « Ordo Abchao (Order Out Of Chaos) » développe la même théorie du complot sur l’origine du sida que « Nature of the Threat ». Récemment, sur Blasphemy, son album sorti en octobre 2014 et réalisé en duo avec le producteur Apollo Brown, il défend sur le morceau « How To Kill God » la théorie de l’origine païenne du mot « amen » : « Like why Christians end prayers and say “Amen” / When that’s the Egyptian Sun God, Amun-Ra / And got a sin to say? And ain’t that pagan? ». []
  3. Disiz, « Cours d’histoire », Jeu de société, Barclay, 2003. []
  4. GARCIA Patrick, « Usages publics de l’histoire » in DELACROIX Christian, DOSSE François, GARCIA Patrick & OFFENSTADT Nicolas, Historiographie, concepts et débats. II, Paris, Gallimard, 2010, p. 920. []
  5. Sur les controverses sur la « racialisation » de Jésus Christ, voir par exemple KELLEY Shawn, Racializing Jesus : Race, Ideology and the Formation of Modern Biblical Scholarship, Londres, Routledge, 2002. L’auteur montre notamment que les débats scientifiques sur la couleur de peau ou l’apparence physique de l’homme historique Jésus de Nazareth sont très souvent instrumentalisés par des discours idéologiques contemporains s’appuyant sur une « esthétique racialisée » pour défendre telle ou telle position. []
  6. VIDAL-NAQUET Pierre, Les assassins de la mémoire. « Un Eichmann de papier » et autres essais sur le révisionnisme, Paris, La Découverte, 1991, pp. 9-10. Il faut noter qu’il n’y a pas une, mais des théories du complot sur l’origine du sida, d’autres mettent par exemple en doute le lien entre le virus de l’immunodéficience humaine (VIH) et la maladie nommée sida. Le journaliste scientifique Pierre Barthélémy considère les défenseurs de ces théories comme des « négationnistes ». []
  7. Comme le prouve d’ailleurs cet article. []
  8. Aujourd’hui renommé simplement Genius pour témoigner de sa diversification au-delà du rap. []
  9. Parmi les nombreux articles en ligne évoquant Genius, citons un article de VentureBeat retraçant l’histoire du site et un article du NYMag sur son ambition jugée démesurée. []
  10. Dans le but notamment de limiter les « trolls ». []
  11. Soit un total important que seul peut atteindre un membre régulièrement actif et dont les annotations précédentes ont été positivement jugées par ses pairs (le système d’attribution des points est détaillé ici). []
  12. Les commentateurs misent souvent sur l’hypertextualité en supposant que les lecteurs intéressés cliqueront sur les liens proposés, mais il serait intéressant d’en savoir davantage sur l’utilisation (ou la non utilisation) qui est faite de ces liens par les visiteurs. []
  13. Ces deux commentaires peuvent être lus en bas du texte de la chanson sur Genius. []
  14. Qu’aucune bibliothèque universitaire française ne possède si l’on se fie à une recherche effectuée sur le catalogue en ligne Sudoc. []
  15. Ce qui constitue un indice de confidentialité assez marquant. []
  16. Jeff Chang par exemple ne mentionne jamais Barashango dans Can’t Stop Won’t Stop. Une histoire de la génération hip-hop, Allia, Paris, 2013 [2005]. []
  17. À défaut de pouvoir consulter cet ouvrage, on peut trouver sur Youtube de nombreuses vidéos de conférences données par Ishakamusa Barashango lors desquelles il résume ses thèses. []
  18. Ce dernier commentaire a d’ailleurs reçu 13 appréciations positives pour seulement 3 appréciations négatives (au 28/04/2015). []
  19. Le commentateur cherche à défendre le fait que Ras Kass parle, dans le morceau, de « Baghdad, Turkey », en expliquant que Bagdad a été aux mains des Ottomans. Il invoque une historiographie sur les méfaits de l’occidentalisation de l’Empire ottoman sans préciser les historiens qui s’y rattachent, ni même le fondement de ce parallèle : « For those historians out there, one of the main reasons why the Ottoman Empire collapsed was due to Western influence, and WWI ». Et surtout, il ne souligne pas que Ras Kass mélange la chronologie en considérant comme concomitant la prise de Bagdad par les Ottomans (1534), l’achèvement de la Reconquista sous Isabelle de Castille (1492), le décret impulsé par Cisneros obligeant les Morisques à se convertir au catholicisme (1502) et le décret d’expulsion d’Espagne de ces derniers, promulgué un siècle plus tard, en 1609, sous Philippe III. []
  20. FOUCAULT Michel, « La poussière et le nuage » in PERROT Michelle, L’impossible prison. Recherches sur le système pénitentiaire au XIXe siècle, Paris, Seuil, 1980, p. 29. Foucault fait ce portrait de l’historien tel qu’il se complaît à se définir lors d’un débat qui l’oppose à Jacques Léonard au moment de la parution de Surveiller et punir. []
  21. Mills estime que si le marxisme, en tant que théorie révolutionnaire, a pu séduire de nombreux penseurs noirs tout au long du XXe siècle, beaucoup ont fini par s’en détourner, notamment parce qu’il leur apparaissait qu’envisager la société en terme de « classes » revenait à dissoudre les problématiques raciales dans les problématiques sociales : « But many of these recruits would later become disillusioned, both with Marxist theory and the practice of actual (white) Marxist parties. The historical vision turned out to be Eurocentric; the specificities of their racial oppression were often not recognized but were dissolved into supposedly all encompassing class categories; and the liberation envisaged did not include as a necessary goal the dismantling of white supremace in all its aspects » (MILLS Charles W., From Class to Race: Essays in White Marxism and Black Radicalism, Lanham, MD, Rowman and Littlefield, 2003, p. XVI). []
  22. Pour une synthèse sur l’afrocentrisme et les controverses au sein de la communauté des historiens sur sa scientificité et ses usages, voir par exemple GUEDJ Pauline, « “Des Afro-Asiatiques” et des “Africains”. Islam et afrocentrisme aux États-Unis. », Cahiers d’études africaines, 172, 2003. Article disponible en ligne. []
  23. « Mycenaeans learned from Kemet, called Egypt in Greek / It existed since at least 3000 B.C / Creatin’ geometry and astronomy / This knowledge influenced Plato, Socrates and Hippocrates / Cause Imhotep, the real real father of medicine / Was worshiped in Greece and Rome in the form of a Black African ». []
  24. « Monsieur le prof, les Egyptiens étaient des nègroïdes / Où je l’ai su? C’est Cheikh Anta Diop qui me l’a dit ». []
  25. Il s’agit d’une technique de construction classique des morceaux-fleuves dans le rap, pensons par exemple au célèbre « Demain c’est loin » d’IAM sur l’album L’École du micro d’argent (1997) dans lequel l’écriture et l’énonciation sont très proches : un point de vue panoptique qui déroule des images et des faits. []
  26. GARAPON Antoine, Peut-on réparer l’histoire ? Colonisation, esclavage, Shoah, Paris, Odile Jacob, 2008. []
  27. Il s’agit de « My Country, ‘Tis of Thee », composé en 1831 par Samuel Francis Smith. []

Une réflexion au sujet de « L’histoire-chevrotine : Ras Kass, « Nature of the Threat » (1996) »

  1. Morceau culte, j’espère que vous suivez l’histoire du King Zion de Despo Rutti qui est pour moi clairement dans la lignée de ce track de Ras Kass…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *