Nycthémère ?

Le nychtémère désigne l’unité de temps au cours de laquelle se succède une nuit et un jour. Au-delà du jeu de mot dont chacun appréciera la qualité, nous avons choisi ce terme pour ce qu’il nous évoque : une unité permettant de mesurer un oxymore. L’oxymore qui nous préoccupait, nous avons commencé par le subsumer sous le concept du « thug normalien » pour désigner ces individus qui, le jour, sont fiers d’appartenir à l’élite du système scolaire de la République et, la nuit venue, répètent « Brûle, Brûle, Babylone brûle ». Bien entendu, le « thug normalien » n’existe pas sous une forme si caricaturale, mais l’invoquer comme hypothèse de travail nous a permis de préciser pourquoi notre rapport au rap nous posait question. Le thug normalien serait celui qui cumule trois profits symboliques : 1° celui de l’excentricité, puisqu’il se sépare de son milieu plutôt porté sur les musiques légitimes ; 2° celui de défenseur des classes populaires, aimer le rap devenant alors une forme d’acte militant d’affiliation ; 3° celui de l’intellectuel, puisqu’il ne fait pas qu’écouter passivement, il intellectualise.

L’idée de ce carnet est donc née d’une interrogation sur une certaine forme de légitimation du rap actuellement à l’œuvre auprès d’un public ou d’institutions qui l’ont longtemps boudé. Elle naît d’observations empiriques que nous avons pu faire lors de notre scolarité à l’ENS de Lyon (écouter du rap et s’en vanter est largement légitimé, voire valorisé, sans que celui-ci cesse toujours d’être perçu comme un exotisme ou un vecteur d’encanaillement) et de constats factuels (citons par exemple le séminaire « Le bitume avec une plume » organisé à Ulm). La question de départ est donc la suivante : qu’est-ce qui explique, aujourd’hui, ce nouveau regard porté sur le rap ?

Ce carnet cherche plus largement à mesurer la contemporanéité du rap et notre position de contemporains. Il s’agit d’étudier les discours produits par le rap en combinant histoire des représentations et des productions culturelles et sociologie des acteurs et du public. Mais il s’agit aussi d’interroger la position du chercheur désireux « d’écrire sur le rap » : comment se déprendre de son objet et produire un discours scientifique ? Croiser approche sociologique et approche historique vise ainsi à analyser le rap comme un vecteur de mise en demeure du présent dans lequel il s’inscrit afin de comprendre sa capacité à « marquer l’époque » (pour reprendre l’expression du 3ème Œil), y compris aux yeux de ceux qui le critiquent ou le rejettent.

Nous voulons profiter de la plasticité du carnet et de la place qu’il peut laisser à l’introspection scientifique afin d’étudier le point de vue du chercheur désireux d’« écrire sur le rap » car il se sent intimement lié à un mouvement dont il est le contemporain. Cette contemporanéité suscite une tension à interroger puisque notre « goût » s’inscrit dans une histoire personnelle. Il ne s’agit pas de retracer cette histoire d’un point de vue téléologique puisque rien, dans notre milieu social ou nos études, ne semblait nous destiner à « aimer » le rap. Il s’agit plutôt d’en faire le point de départ d’un questionnement sur le positionnement du chercheur confronté à la contemporanéité intime de son objet. Suivant Giorgio Agamben, nous pensons que le contemporain est justement celui qui n’adhère pas totalement à son époque, mais est capable de faire un pas de côté pour la considérer dans toute son épaisseur, sa complexité et ses contradictions. Définir et mettre en application cette méthode du pas de côté est un de nos objectifs : nous avons donc décidé, pour inaugurer ce carnet, de recourir à l’ego-histoire, la forme universitaire et policée de l’egotrip. Ces essais sont à retrouver ici et .

Crédit photographique : composition sur un bureau.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *