Aimer (ou ne pas aimer) le rap français sur Youtube

Après avoir fait mon M2 sur les dégoûts culturels (et principalement musicaux), avec un traitement essentiellement quantitatif (à partir de l’enquête Pratiques culturelles des français de 2008), je me suis dit qu’il serait intéressant d’essayer de voir dans le rap, qui était, avec le métal, le genre musical le plus souvent désigné comme n’étant pas aimé, ce qui est plus ou moins objet de dégoût. Il ne s’agit donc pas ici de s’intéresser au rap par rapport à d’autres styles musicaux, mais d’essayer de voir si certains types de rap sont évalués de différentes manières.

Une autre de mes envies était d’essayer de me servir des données que l’on peut trouver sur internet (comme je l’ai fait précédemment avec Rap Genius) : j’ai donc décidé de me servir de Youtube pour répondre à cette question. En effet, Youtube permet à ses utilisateurs de « liker » ou de « disliker » ses vidéos. Continuer la lecture de Aimer (ou ne pas aimer) le rap français sur Youtube

Appendice : récupérer (presque) l’intégralité des textes d’un rappeur sur Rapgenius

En complément de notre code sur la récupération des morceaux utilisant une expression donnée dans Rapgenius, nous allons ici voir comment récupérer l’intégralité des morceaux d’un artiste disponible sur le site. C’est un peu plus simple, puisqu’il n’y a pas de travail de transformation des textes. En revanche, certaines problématiques sont un peu différentes et nécessitent une adaptation du code.  Continuer la lecture de Appendice : récupérer (presque) l’intégralité des textes d’un rappeur sur Rapgenius

Tutoriel : récupérer des paroles de rap du site Rapgenius

En préambule, je remercie chaleureusement Sylvain Roquebert et Théo Bourgeron qui m’ont aidé dans l’écriture du code présenté dans ce billet.

Dans un de mes précédents billets, j’étais allé récupérer « à la main » des données sur le site Rapgenius : à partir d’une recherche de l’expression « je fais du rap », j’avais copié-collé tous les résultats. C’était très fastidieux, et je me suis dit qu’il serait bien d’essayer d’automatiser cette tâche. Après plusieurs jours de sueur (c’est-à-dire beaucoup plus de temps que si j’avais fait un relevé à la main…), j’ai réussi à mettre en place un modèle qui me semble applicable pour toute recherche de paroles sur Rapgenius. En l’état, le code que je vais présenter ici permet de récupérer dans un fichier CSV (donc lisible par Excel) les vingt mots précédant et les vingt mots suivant un mot ou une expression clé (20 étant un chiffre arbitraire, on peut choisir combien on veut), dans tous les morceaux de rap recensés sur rapgenius. Continuer la lecture de Tutoriel : récupérer des paroles de rap du site Rapgenius

Entretien avec Karim Hammou, 4/4 : la légitimation du rap en question

Quatrième et dernière partie de l’entretien au long cours que nous avons réalisé avec Karim Hammou. Après un retour sur son parcours, la genèse de son livre  et de sa thèse, après une analyse de la place des « experts » dans le champ médiatique, suivi de réflexions sur la manière d’analyser le rap, on en vient aux questions concernant l’évolution de la perception du rap, avec des possibles phénomènes de légitimation.

Continuer la lecture de Entretien avec Karim Hammou, 4/4 : la légitimation du rap en question

Exploration d’une recension : ce que « je fais du rap » veut dire

Dans son livre Voix du rap1, Anthony Pecqueux développe longuement l’analyse d’une expression qui lui semble emblématique du rap : « je rappe », ainsi que de son corollaire : « je te rappe ». La première permet d’insister sur le caractère un peu performatif et autoréférencé du rap : faire du rap en disant que je rappe. La second est une manière pour le sociologue de montrer qu’il n’y a jamais de rap sans adresse : on rapperait toujours pour quelqu’un. Le rap ne serait pas un soliloque mais une forme dialogique et dire « je rap » aurait, en creux, la même signification que « je te parle »2. Continuer la lecture de Exploration d’une recension : ce que « je fais du rap » veut dire

  1. Anthony Pecqueux, Voix du rap, 2007, p71 []
  2. Anthony Pecqueux analyse également l’évolution entre « je rappe » et « j’rappe » avec élision du e. Il montre qu’il s’agit d’une transformation du flow des rappeurs : au début des années 90, la performance technique supposait de dire toutes les syllabes (jusqu’à une forme d’épreuve de prouesse : dire le maximum de syllabes en un minimum de temps), auquel se substitue un flow tourné vers une prononciation plus proche du langage courant, voire contenant plus d’élision que dans celui-ci. On pourrait vérifier cette hypothèse en comparant les dates des morceaux utilisant « je fais du rap » avec celles utilisant « j’fais du rap ». []

Entretien avec Karim Hammou, 2/4 : Amateur, sociologue ou expert : comment se situer dans le champ médiatique ?

Après une première partie consacrée à l’écriture scientifique sur le rap, la seconde partie de notre entretien avec Karim Hammou porte sur sa situation par rapport à cette musique, notamment sur l’articulation entre la position d’amateur et celle de chercheur ainsi que sur le rôle d’« expert en rap » que les médias ont tendance à lui assigner. Continuer la lecture de Entretien avec Karim Hammou, 2/4 : Amateur, sociologue ou expert : comment se situer dans le champ médiatique ?

Du rap au metal… au refus des catégories ?

Article écrit par Pierre-Emmanuel B.

Je viens de banlieue parisienne, du 93 et des environs de Saint-Denis plus précisément, et j’ai grandi dans un environnement type classe moyenne très classique, avec un père fonctionnaire et une mère dans le social. J’ai donc grandi dans une société qui a fait du rap l’un de ses principaux référents identitaires. C’est donc très naturellement que j’en ai écouté moi aussi. J’ai dû commencer en CM1-CM2, en écoutant de la musique avec ma grande sœur qui mettait la radio dans sa chambre. Je ne m’en rendais pas complètement compte, mais écouter du rap c’était en réalité un excellent facteur d’intégration, à tous points de vue. Et j’avais besoin de m’intégrer : j’avais déménagé dans ce quartier peu de temps avant, j’étais un peu timide, j’étais bon élève et j’étais blanc. Autant de facteurs qui pouvaient potentiellement m’ostraciser. Mais finalement, si je me suis mis à écouter du rap, c’était simplement pour faire comme les autres et pas vraiment pour éviter d’être rejeté. Je me suis pris au jeu au point de finir une année scolaire réuni avec une dizaine d’autres garçons autour d’une radio en train de chanter les paroles de « J’pète les plombs » de Disiz la Peste… avec notre maîtresse à côté, et je me demande parfois comment elle pouvait permettre à des enfants de 10 ans de gueuler « SUCE MON ZOB » dans une salle de classe. Continuer la lecture de Du rap au metal… au refus des catégories ?

Du 93 au 16ème : ma carrière vers le rap

Article écrit par Théo B.

Les articles de Corentin et Clément mettent en évidence la nature personnelle d’un parcours vers le rap : ayant moi-même eu une expérience similaire d’introduction au rap plus ou moins incompréhensible, c’est une réflexion qui m’intéresse. Le billet de Corentin me donne d’autant plus envie d’y répondre par ma propre introspection que j’y suis cité en tant que cothurne du narrateur et “petit-bourgeois” (la suite de ce billet examinera la vérité de cette assertion bourdieusienne et mortifiante) se livrant à l’écoute de Sinik, Sniper et NTM. Il me semble que mon exercice d’auto-analyse adjoindra un double paradoxal à ce billet. Avant tout, je pose les choses comme elles sont avec quelques éléments de situation : au début de sa carrière d’amateur de rap, Corentin expérimente le rap avec un colocataire (moi) ; ce colocataire fait alors lui aussi le début de sa carrière vers le rap ; mais en-dehors de cet instant où les deux trajectoires se superposent, l’itinéraire des deux colocataires par rapport au rap (Corentin et moi), tant dans le passé que dans les années à suivre, est divergent. Continuer la lecture de Du 93 au 16ème : ma carrière vers le rap

Médine et la grammaire du « double discours »

Ce billet a été écrit en collaboration avec Estelle Mouton-Rovira, doctorante en lettres modernes à l’université Paris VII.

 

Au moment de définir les approches que nous allions utiliser pour analyser le rap dans ce carnet, son étude comme « discours » nous est apparu particulièrement intéressante. En effet, le discours est à la fois ce que dit le rap (les lyrics) et ce qui en est dit (les commentaires), ce qui permet de combiner analyse de la production et de la réception de la musique. Par ailleurs, la notion de discours a vocation à insister sur le fait qu’il faut essayer de mener simultanément une étude du contexte d’énonciation, des caractéristiques du locuteur (et éventuellement des destinataires) et des caractéristiques sémantiques et littéraires des contenus1. En somme, il s’agit de n’oublier ni les aspects sociaux et historiques, ni les aspects langagiers et littéraires d’un morceau, même si cela peut ressembler à un vœu pieu. En effet, la division sociale des études universitaires ne permet pas, dans une formation classique de sociologie, de savoir utiliser les outils techniques d’analyse du discours. Pour remédier à cela, nous écrivons ce billet « à quatre mains », afin de croiser les approches, sociologique (Corentin) et littéraire (Estelle). Continuer la lecture de Médine et la grammaire du « double discours »

  1. Voir, par exemple, LAHIRE Bernard, « De l’indissociabilité du langagier et du social », Sociolinguistic Studies, 2009. []

L’histoire-chevrotine : Ras Kass, « Nature of the Threat » (1996)

Dans « Nature of the Threat », Ras Kass mentionne la Vénus de Willendorf, le passe de Khyber, les Minoens, la révolte de Spartacus, le concile de Nicée, Michel Ange, la date exacte de la chute de Grenade et le cardinal Cisneros, il explique que les Européens sont les descendants d’albinos chassés par les populations noires habitant l’Afrique il y a 20 000 ans, que la civilisation grecque est fondée sur l’homosexualité et la pédophilie, que la prise de Carthage par Rome en 146 av. J.-C. est à l’origine du premier génocide de l’histoire, que l’empereur Constantin est l’initiateur de la Manifest Destiny, que les musulmans ont conquis la France au VIIIe siècle et l’ont contrôlé pendant 700 ans, que Thanksgiving célèbre la persécution des populations maures d’Espagne, que le sida a été conçu pour empêcher le remplacement démographique des populations blanches par les populations noires et il rapproche les pensées d’Arthur Schopenhauer et d’Ishakamusa Barashango. Tout cela dans un morceau de bravoure de près de huit minutes, sans refrain, avec juste un beat et d’étranges bruits de fond, notamment le ressassement lugubre d’une cloche. Le morceau constitue un véritable trou noir qui avale l’histoire canonique de l’humanité pour la recracher sous sa forme nue : le récit de la lente construction du suprématisme blanc. Continuer la lecture de L’histoire-chevrotine : Ras Kass, « Nature of the Threat » (1996)

Histoire des choses banales : « Nature of the Threat » sur Wikipédia

Cet article est une ébauche d’histoire des modifications subies par la page Wikipédia consacrée au morceau « Nature of the Threat » de Ras Kass et il constitue à ce titre une annexe de l’analyse plus longue qui lui est consacrée ici. Certaines pages Wikipédia peuvent être le lieu de controverses extrêmement vives1  et le site prévoit une procédure spéciale en cas de « controverse de neutralité ». Il ne s’agit pas de comparer la page consacrée à un morceau de rap relativement confidentiel2 à des sujets d’actualité beaucoup plus sensibles, mais plutôt d’interroger la pertinence du caractère controversé sans cesse prêté à « Nature of the Threat », y compris dans sa description sur Wikipédia. Continuer la lecture de Histoire des choses banales : « Nature of the Threat » sur Wikipédia

  1. Pour une étude sur les pages les plus controversées selon les pays, voir TAHA Yasseri, SPOERRI Anselm, GRAHAM Mark & KERTÉSZ János « The most controversial topics in Wikipedia: A multilingual and geographical analysis » in FICHMAN Pnina & HARA (éd.), Global Wikipedia: International and cross-cultural issues in online collaboration, Scarecrow Press, 2014. Article disponible en ligne. []
  2. Comme l’atteste le fait que seul le Wikipédia anglophone lui consacre une page. []

Comment je suis devenu le contemporain d’Eminem

« Ceux qui coïncident trop pleinement avec l’époque, qui conviennent parfaitement avec elle sur tous les points, ne sont pas des contemporains parce que, pour ces raisons mêmes, ils n’arrivent pas à la voir1. »

Génération Y pour Yaourt

2000, j’ai 10 ans et le rap m’apparaît comme la chose qu’il me faut absolument, entre le dernier jeu Nintendo et les nouvelles céréales à la mode, dans une publicité vantant l’album d’Eminem The Marshall Mathers LP. Du moins c’est l’idée que je me plais à retenir. Continuer la lecture de Comment je suis devenu le contemporain d’Eminem

  1. Giorgio Agamben, Qu’est-ce que le contemporain ?, Paris, Rivages poche, 2008, p. 11. []

L’horloge de l’Apocalypse au cou de Flavor Flav est-elle à l’heure ?

À l’Horloge de la fin du monde, le 14 avril 1988, il est 23h54, soit 6 minutes avant l’apocalypse nucléaire. Alors que la politique d’intimidation menée par Ronald Reagan avait fait avancer d’une minute l’échéance en 1984, la signature en décembre 1987 par le président américain et le secrétaire du Parti communiste soviétique Mikhaïl Gorbatchev des accords INF, qui prévoient l’élimination des missiles nucléaires de portée intermédiaire, fait reculer de 3 minutes le compte-à-rebours pour l’année 1988.

En ce 14 avril 1988, l’apocalypse semble donc retardée, même si les accords n’ont pas encore été officiellement ratifiés par le Congrès. Une autre menace se profile pourtant contre l’Amérique reaganienne : Public Enemy sort son second album, It Takes a Nation of Millions to Hold Us Back. Continuer la lecture de L’horloge de l’Apocalypse au cou de Flavor Flav est-elle à l’heure ?

Mesures du rap